Alors que la mise à jour iOS 12.1.2 vient d’être déployée, Qualcomm accuse Apple de toujours enfreindre ses brevets.

Suite à l’interdiction de vendre et importer quatre générations d’iPhone, Cupertino avait annoncé qu’une prochaine mise à jour serait déployée pour régler le différend qui l’oppose à Qualcomm, du moins sur le sol chinois puisque les relations restent houleuses entre les deux firmes.

iOS 12.1.2 vient de débarquer, seulement une semaine après la précédente mise à jour, probablement précipitée par la sanction qui pèse sur la Pomme. La nouvelle version du système d’exploitation apporte quelques correctifs sur des problèmes d’activation de l’eSIM dans les iPhone Xr, Xs et Xs Max ainsi qu’un problème de connexion cellulaire pour les propriétaires turcs des trois mêmes modèles.

Une mise à jour mineure, donc, mais qui avait surtout pour vocation de contourner les deux brevets de Qualcomm que le tribunal de Pékin estime violés par Apple. La firme de Tim Cook assure avoir corrigé le problème mais ce n’est pas de l’avis de Qualcomm qui a déclaré à Reuters : “Malgré les efforts d’Apple pour minimiser l’importance de l’ordonnance et ses affirmations sur les différentes manières dont elle va traiter la violation, Apple continue apparemment à faire fi du système juridique en violant les injonctions.

Les détails de cette fameuse injonction du tribunal chinois sont bien plus flous qu’il n’y paraît. Les quatre générations d’iPhone mentionnées la semaine passée utilisent des versions antérieures d’iOS 12, expliquant pourquoi elles étaient pointées par Qualcomm. Cependant, Reuters indique qu’une copie de l’ordonnance du tribunal “ne fait aucune mention des systèmes d’exploitation et se concentre uniquement sur les fonctionnalités du logiciel”.

Il est encore trop tôt pour savoir si la justice chinoise donnera raison à Apple ou Qualcomm suite à cette mise à jour, affaire à suivre.