Les rumeurs autour de l’Apple Car vont bon train depuis plusieurs années. Si la firme de Cupertino n’a jamais masqué son intérêt pour les voitures, elle n’a en revanche jamais laissé entendre qu’elle investissait le moindre dollar dans leur développement. Toutefois, le célèbre analyste Ming-Chi Kuo, qui voit clair dans le jeu d’Apple, prédit l’arrivée de l’Apple Car d’ici 2023 à 2025.

Dans une note aux investisseurs d’Apple, l’analyste taïwanais affirme que la voiture estampillée Apple sortira des usines d’ici 2025. La date peut sembler lointaine mais en réalité la deadline est bien plus proche qu’il n’y paraît.

Apple ne s’est jamais intéressée à un tel marché. Le développement d’une automobile est à des lieues de ce que produit actuellement la firme. Outre le fait que cette voiture serait 100% électrique et autonome, à l’instar du marché du futur qui s’ouvre progressivement.

Le moment parfait pour Apple

Ming-Chi Kuo se base sur quatre facteurs indiquant que le moment est venu pour Apple de travailler dans le développement de cette voiture. Tout d’abord, le domaine de l’automobile est en plein renouveau, redéfini par les nouvelles technologies, tout comme l’était le téléphone mobile dix ans plus tôt. Ensuite, Apple dispose d’un avantage considérable sur certains points, notamment la réalité augmentée, qui pourraient se mettre au service d’une voiture différente des autres.

Par ailleurs, Apple est “en mesure d’offrir une meilleure intégration du matériel, des logiciels et des services que ses concurrents dans le secteur électronique et ses concurrents potentiels dans le secteur auto“. Enfin, l’arrivée d’Apple dans ce secteur pourrait faire croître considérablement sa partie services grâce aux financements auto.

Selon Ming-Chi Kuo, l’Apple Car sera justement le prochain produit phare de la firme californienne, capable de lui faire surpasser la barre des 2000 milliards de capitalisation boursière. Cette dernière estimation reste à prendre avec des pincettes dans une note aux investisseurs, à l’heure où Apple a à peine franchi les 1000 milliards.