26% des utilisateurs éprouveraient une attirance sexuelle envers l’assistant virtuel d’Apple.

siri1

Selon une étude très sérieuse menée par MindShare auprès d’un panel de 1001 propriétaires d’iPhone âgés d’au moins 18 ans, seulement 18% des propriétaires d’iPhone utiliseraient régulièrement l’assistant virtuel Siri.

Ceux qui l’utilisent quotidiennement indiquent toutefois être émotionnellement très attachés à l’assistant virtuel, qui est devenu un outil incontournable pour rédiger des messages, organiser sa journée ou effectuer des recherches sur Internet. 30% des utilisateurs de Siri apprécieraient tellement l’assistant virtuel qu’ils reconnaissent même “regretter que Siri ne soit pas réel.”

Beaucoup plus surprenant, on apprend que 26% des utilisateurs réguliers de Siri éprouveraient une attirance sexuelle ou des fantasmes pour l’assistant virtuel d’Apple. Sa voix féminine, sa politesse et son humour auraient créé au fil des mois une “connexion” avec l’utilisateur, qui éprouve inconsciemment une attirance pour cette voix mystérieuse qui sort de son téléphone. Le terme “fantasme” est bien sûr ici à prendre au sens large, l’enquête ne précisant pas la nature exacte de cette “attirance sexuelle”.

Toutefois, il est intéressant de retirer de cette étude la création d’un pont émotionnel entre l’utilisateur et son smartphone, qui passe par un assistant virtuel. Jusqu’à présent très peu explorés par les fabricants de smartphones et d’ordinateurs, les assistants virtuels pourraient devenir l’une des grosses tendances au cours des prochains mois. Selon plusieurs théoriciens, il est même probable que les concepteurs de ces intelligences artificielles aillent beaucoup plus loin dans le concept en ajoutant une image à la voix, pour créer un plus grand pont émotionnel entre l’utilisateur et l’assistant. Reste à présent à voir de quelle manière cette tendance évoluera, et surtout quelles barrières seront mises en place pour éviter les détournements…