L’équipe de Beam va rejoindre la division Xbox au siège de Microsoft à Redmond.

beam-microsoft
© DR

Le groupe informatique américain Microsoft a racheté Beam, un service spécialisé dans la diffusion en ligne de parties de jeux vidéo, ont annoncé jeudi les deux entreprises.

L’opération, dont les modalités financières ne sont pas divulguées, pourrait aider le géant des logiciels à rivaliser avec d’autres plateformes de retransmission de jeux vidéo en streaming comme Twitch, qui appartient à Amazon, ou YouTube Gaming (Google/Alphabet).

Beam, basé à Seattle, est «un service innovant et interactif» qui «a fait évoluer le streaming de jeux vidéos d’une expérience passive, où on regarde et on discute (les performances des joueurs), à une expérience où le spectateur participe en temps réel», explique Chad Gibson, un responsable de la branche de jeux vidéo de Microsoft Xbox Live, dans un message publié sur le site du groupe.

«Avec Beam, on ne se contente pas de regarder son joueur favori jouer, on joue avec eux», assure-t-il, faisant valoir que l’acquisition «soutient notre engagement à rendre Xbox Live plus social et amusant».

L’équipe de Beam va rejoindre la division Xbox au siège de Microsoft à Redmond, et restera dirigée par le patron et co-fondateur de l’entreprise, Matt Salsamendi, indique ce dernier dans un message séparé.

«En faisant partie de Xbox, nous seront capables d’augmenter notre échelle plus vite que jamais auparavant», souligne-t-il.

Il assure en revanche que «rien» ne va changer dans l’immédiat pour les plus de 100.000 utilisateurs que Beam a séduit depuis son lancement en début d’année, et qui pourront continuer à utiliser le service avec n’importe quel jeu et n’importe quelle plateforme.

La retransmission en direct de jeux vidéo ou de compétitions entre joueurs est un marché en plein essor, où Twitch fait la course en tête. Amazon avait mis près d’un milliard de dollars sur la table en 2014 pour mettre la main sur cette société qui revendique plus de 100 millions de visiteurs par mois. Google avait répliqué en lançant l’année suivant YouTube Gaming.

Avec AFP.