L’arrivée du l’USB Type C simplifie l’interconnexion des terminaux et permet de nouveaux usages basés sur un même connecteur. Pourtant l’acquisition d’un câble de mauvaise qualité peut poser de vrais risques.

USB Type C
Crédit photo: DR

Avec le connecteur USB Type C, un très grand nombre d’appareils de toutes sortes et de tous fabricants peuvent être connectés entre eux ou sur des dispositifs de charges interchangeables. Les constructeurs de matériel ont rapidement embrayé et adapté leurs productions à l’arrivée de ce dispositif. Cet engouement a permis une généralisation rapide de cette connexion sur les smartphones, PC, écrans, imprimantes ou chargeurs. Apple et Google ont sorti des machines portables équipées de ce connecteur. Dans la foulée, ce sont les fabricants de câbles qui ont massivement répondu à la demande du marché.

Un ingénieur de l’équipe Pixel chez Google, Brenson Leug, s’adonne à la comparaison des câbles et les classe en fonction du prix et de leurs caractéristiques techniques. À sa surprise, mais en est-ce vraiment une, il a découvert que les câbles les moins chers peuvent endommager vos appareils à cause du manque de protection ou de la limitation des connecteurs.

Comme exemple suffisamment explicite, il a relié son son Nexus 6P à son MacBook Air avec un câble bas de gamme. Quelques instants plus tard, les ports de connexion avaient grillés. L’explication tient au fait qu’un smartphone puise un maximum de ressources pour se recharger et que le câble de mauvaise qualité ne supporte pas la demande de puissance. Le moindre court-circuit va endommager les connexions des appareils. Les tests de Benson Leug sont disponibles dans un tableau partagé et détaillés sur sa page personnelle.

Philippe Schreurs (St.)