Pour tenter d’évaluer la dynamique du marché des technologies portables, Juniper Research a mené une enquête auprès de 1003 personnes au Royaume-Uni et de 1028 personnes aux États-Unis. Les résultats révèlent que malgré l’entrée récente sur le marché de sociétés comme Swatch, ou l’association d’Apple avec Hermès pour créer une édition spéciale de l’Apple Watch, les marques hi-tech sont toujours les plus attrayantes.

© DR
© DR

Les consommateurs ont ainsi établi un classement des marques de technologie portable, ou mettable (en anglais, wearable technologies), et c’est Apple qui est arrivée en tête, suivie par Samsung, Google et LG. En septième position, Rolex est la première des marques de luxe non technologiques dans le classement, suivie par Tag Heuer (9e), Chanel (12e), Omega (16e) et Breitling (17e).

Il ressort des résultats de l’enquête que, au-delà du suivi santé et de la capture de mouvement, les consommateurs sont toujours sceptiques à propos de la nécessité réelle de posséder un tel objet. Seule une personne interrogée sur cinq est prête à dépenser plus de 175$ (environ 159€) dans un appareil de ce type.

“Non seulement leur plage d’utilisation est mieux définie, mais les outils connectés dédiés au fitness offrent également un meilleur rapport qualité-prix. Ce sont les dispositifs portables les moins chers du marché. Et il n’y a que dans cette catégorie que les prix ne dépassent qu’exceptionnellement la barrière symbolique des 175$, que notre enquête a permis d’identifier comme le prix plafond pour la plupart des consommateurs”, explique James Moar, analyste chez Juniper Research.

Microsoft a placé la santé au centre de sa stratégie de technologie portable. Le 6 octobre, la firme a lancé le Microsoft Band 2, le tracker d’activité physique le plus complet du marché. Il est capable de mesurer de très nombreuses données, de l’altitude à la consommation calorique, et il peut aussi envoyer des notifications et répondre à des commandes vocales. Mais à 249$ (environ 226€) son prix dépasse le budget maximal de la plupart des consommateurs potentiels.

Cependant, une enquête Harris Poll menée sur 22 373 adultes américains, publiée le 30 septembre, montre que Microsoft pourrait bien être sur la bonne voie : les avantages les plus importants à l’utilisation de ces outils, selon les consommateurs, sont ceux qui sont liés à la santé et à la productivité.

Ceci explique peut-être pourquoi HTC a repoussé à 2016 le lancement de son propre tracker d’activité, le Grip (199$, environ 180€). Il pourra alors être accompagné de tout un univers d’outils et de services dédiés à la santé et à la forme.

La même enquête Harris Poll montre que 51% des Américains ne comprennent pas le besoin d’utiliser ces dispositifs portables connectés, mais qu’un nombre croissant de consommateurs (27%) réfléchira à en acquérir un quand les prix auront baissé jusqu’à un niveau raisonnable.

Le prix n’est toutefois pas un problème pour certaines marques à l’image branchée ou “cool”. L’Apple Watch démarre certes à 349$ (316€), mais lorsqu’on demande aux consommateurs de restreindre leur choix aux marques proposant des montres connectées, 75% d’entre eux choisissent Apple ou Samsung.

Alors, y aura-t-il de la place sur ce marché du désir pour une troisième marque ? Tag Heur est sur le point de lancer sa première montre connectée (le 6 novembre), qui promet de combiner toutes les meilleures caractéristiques d’une montre suisse traditionnelle et les possibilités de connectivité et de tracking offertes par le système Android Wear. Son prix devrait être compris entre 1400 et 1800$ (environ 1268 et 1630€), ce qui en fera, de très loin, l’appareil Android Wear le plus onéreux du marché. Sera-t-il également le plus attrayant ?

(AFP)