Les artistes-interprètes, auteurs et compositeurs français redoutent «une dégradation supplémentaire» de leur rémunération avec le lancement fin juin par Apple d’une offre de musique en ligne.

Crédit photo : D.R
Crédit photo : D.R

«Le calcul est vite fait : chaque abonné à l’offre +famille+, principale annonce d’Apple (NDLR: 14,99 dollars/mois pour 6 personnes d’un même foyer), rapportera entre 0,11EUR et 0.17EUR /mois, à partager entre tous les artistes écoutés», affirme l’Adami, la société française de gestion de la propriété intellectuelle des artistes-interprètes, dans un communiqué.

Pour protéger les artistes, elle souhaite une loi spécifique pour les offres de musiques en ligne.

«Il est urgent que la France rejoigne les Etats-Unis ou l’Espagne en mettant en œuvre une gestion collective obligatoire du digital pour redonner aux artistes leur véritable place, dans une industrie dont les lendemains pourraient chanter à nouveau», estime l’Adami. «Le lancement d’Apple Music est un évènement considérable pour la musique et le streaming en particulier. Si Apple Music peut être une opportunité pour l’industrie musicale, il faut qu’il le soit pour tous les maillons de la chaîne. Or, il dégrade un peu plus encore la rémunération des artistes», estime la société de gestion des droits des artistes-interprètes.

En Belgique, la Sabam est actuellement en négociation avec Apple. Un porte-parole de la société de gestion de droits a indiqué lundi qu’un accord pourrait être trouvé dans les semaines à venir.

Avec AFP.