Les ouvriers de Foxconn dénoncent une forte dégradation de leurs conditions de travail et de leurs rémunérations.

foxconn
Crédit photo : AFP

Le sous-traitant électronique taïwanais Foxconn a confirmé jeudi qu’un millier d’ouvriers d’une de ses usines en Chine s’étaient mis brièvement en grève mercredi, leurs conditions de travail s’étant dégradées après des réductions de commandes, selon une ONG.

« Les ouvriers grévistes sont retournés au travail environ quatre heures après (le début de leur mouvement social), à la suite de discussions et d’accords entre les employés, les représentants syndicaux et les responsables de l’usine », a indiqué Foxconn dans un communiqué à l’AFP.

Le groupe a assuré que la production sur le site concerné, à Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, n’avait pas été affectée, mais il s’est refusé à tout commentaire sur les raisons de la grève et les accords conclus avec les ouvriers.

Figurant parmi les plus gros sous-traitants électroniques du monde, Foxconn (groupe Hon Hai) compte parmi ses clients Apple, en particulier pour la confection des iPhones, Sony ou encore Nokia. Il emploie environ 1,2 million de personnes en Chine.

Selon l’ONG China Labour Watch, basée aux Etats-Unis, les ouvriers de Chongqing réclamaient des hausses de salaires et de meilleurs avantages sociaux, dénonçant une forte dégradation de leurs conditions de travail et de leurs rémunérations après des baisses de commandes du groupe américain Hewlett Packard (HP) pour cette usine.

Foxconn avait notamment poussé une partie des ouvriers à la démission en réduisant drastiquement leurs heures supplémentaires de travail, qui constituent une partie importante de leurs revenus, afin d’économiser des indemnités de licenciement, a assuré l’ONG.

La grève de mercredi était la seconde de l’année dans cette usine, où 800 ouvriers avaient déjà cessé le travail en juin, déjà suite à de fortes réductions des commandes de HP, a ajouté China Labour Watch.

Hewlett Packard avait annoncé fin avril s’allier avec Foxconn en vue de fabriquer des serveurs optimisés pour le marché en plein essor de l’informatique dématérialisée («cloud»).

Foxconn a vu sa réputation entachée ces dernières années par des suicides à répétition et des révélations sur les conditions de travail harassantes dans ses usines chinoises, où il a été notamment accusé d’employer des stagiaires mineurs et d’imposer d’insupportables cadences jour et nuit, sous une surveillance autoritaire.

Selon les organisations de défense des droits des travailleurs, au moins 13 salariés de Foxconn se sont suicidés en 2010.

[ Source : AFP. ]