Une enquête révèle que les spammeurs utilisent massivement le système de communication iMessage.

iMessage 01

Selon une enquête menée par l’expert en sécurité Tom Landesman et la compagnie de lutte contre le spam Cloudmark, 30% des spams qui circulent sur les appareils mobiles sont diffusés via iMessage, le service qui permet d’échanger gratuitement des messages entre iPhone, iPad, iPod Touch et Mac. D’après les résultats de l’enquête, plusieurs raisons sont à l’origine de cet intérêt qu’ont les spammeurs pour ce logiciel.

Tout d’abord, ils profitent de la connexion entre mobiles et ordinateurs, qui rend facile l’envoi rapide de nombreux messages à des smartphones ou des tablettes depuis un ordinateur fixe. D’après Landesman, “c’est presque un rêve de spammer : avec quatre lignes de code, en utilisant les scripts d’Apple, vous pouvez dire à votre appareil Mac d’envoyer un message à n’importe qui”. De plus, si vous avez associé votre adresse e-mail à votre numéro de téléphone, les spammeurs peuvent facilement la récupérer et l’utiliser. Le logiciel pour ordinateur indique aussi aux utilisateurs si le numéro qu’ils ont rentré est enregistré sur le réseau iMessage, ce qui permet aux arnaqueurs de dresser très rapidement des listes d’utilisateurs à spammer.

Les mesures prises par Apple pour lutter contre les spams sont pour l’instant peu efficaces : même si elle a limité l’envoi de nombreux messages dans un délai court afin de ralentir les spammeurs, ceux-ci peuvent contourner cet obstacle en usant de plusieurs comptes, qui peuvent être créés extrêmement rapidement. “En dix minutes, si vous avez un gros paquet de comptes, vous êtes capable d’envoyer un immense volume de messages” explique Landesman. Et malheureusement, le système de signalement des spams a l’air saturé : le site Wired affirme avoir signalé à Apple une adresse à l’origine de spams un mercredi, elle était toujours parfaitement active le lundi suivant.

Diane Berger (St.)