Pour fidéliser ses chauffeurs, le service de covoiturage n’hésite pas à y aller de sa poche lorsqu’il s’agit de les équiper, de payer leurs amendes, et même de payer les éventuels dégâts de leur véhicule.

© DR

Est-ce que cela vaut le coup d’être chauffeur Uber à Bruxelles? Jeudi dernier, nous vous proposions déjà un aperçu de la “profession” après avoir testé le nouveau service de covoiturage dans la capitale. Nous y apprenions notamment qu’une formation était donnée obligatoirement aux candidats chauffeurs – triés sur le volet -, en plus de recevoir un salaire intéressant pour compléter leurs fins de mois.

Ce lundi, nous avons eu l’occasion de tester pour la deuxième fois sur le service Uber et par chance, nous sommes tombés sur un chauffeur à la langue bien pendue… Ce dernier nous a en effet révélé plusieurs informations dont nous ne disposions pas encore. Les voici :

– Chaque chauffeur Uber reçoit un iPhone 4 avec un numéro d’appel :

Avoir un smartphone est indispensable pour être chauffeur Uber. C’est en effet l’outil qui va permettre au chauffeur de prendre en charge le client du début à la fin de la course, via une application dédiée. À cette fin, le service de co-voiturage met a disposition gratuitement un iPhone 4 au chauffeur, en plus d’un support-ventouse. Ce dernier doit cependant s’acquitter d’une caution de 100€ qu’il récupérera lorsqu’il remettra l’appareil. À noter qu’il reçoit également une carte SIM comprenant un numéro d’appel et un accès à l’internet mobile, dont l’abonnement est pris entièrement en charge par la firme américaine. Toutes les communications entre le chauffeur et ses clients passent exclusivement par ce numéro. C’est la règle.

– Uber paie certaines amendes de ses chauffeurs :

Dans la limite du raisonnable, Uber intervient pour payer les amendes de ses chauffeurs dans l’exercice de leur fonction. Comprenez par là que si un chauffeur se fait verbaliser lorsqu’il est par exemple en train d’utiliser la bande de circulation réservée aux bus et aux taxis, la firme américaine rembourse entièrement le montant de l’amende (sur base de justificatif fourni par le chauffeur). En revanche, Uber n’intervient pas s’il s’agit d’infractions tels qu’un excès de vitesse, brulage de feux rouge, rouler dans un sens interdit ou encore rouler sans ceinture.

– Voiture saisie = voiture de remplacement :

Lors du lancement d’Uber à Bruxelles il y a près de deux semaines, deux chauffeurs se sont fait saisir leur véhicule. Le motif de ses saisies était que tant les conducteurs que leur véhicule ne répondaient pas à la réglementation bruxelloise. Si cette situation arrive à l’un de ses chauffeurs, Uber lui fournit gratuitement un véhicule de location pour qu’il puisse continuer son activité, le temps de récupérer son véhicule (pour autant que son permis ne lui ait pas été retiré).

– Voiture vandalisée = voiture réparée :

À peu près chaque fois qu’Uber débarque dans une ville, il y a des détracteurs du service. Parmi eux, il y a des personnes pacifiques, mais il y a aussi des personnes qui n’hésitent pas à vandaliser les voitures des chauffeurs. Si la situation se produit et que le chauffeur n’est pas équipé d’une assurance de type “omnium”, le service de covoiturage rembourse les dégâts.

– 80% du montant de la course dans la poche des chauffeurs :

Uber ne se montre pas encore trop gourmand lorsqu’il s’agit de “ponctionner” sa commission auprès des revenus de ses chauffeurs. Selon notre source, la firme américaine ne prendrait en effet que 20% de commission sur le montant total de chaque course.

“Tout est mis en place pour nous donner l’envie de faire cette activité”, nous a confié ce jour l’un des chauffeurs du service à Bruxelles.

Malgré ces avantages, il faut toutefois souligner que les chauffeurs d’Uber craignent pour leur activité. Après une mise en demeure du gouvernement bruxellois pour faire cesser le service, la compagnie Taxis Verts a introduit une action en justice contre la firme qui a juste une boîte aux lettres à Saint-Gilles. Une plainte a en effet été déposée ce lundi au tribunal de commerce pour concurrence déloyale par des pratiques illégales.

Réagissez sur le forum.