Uber débarque à Bruxelles : on a testé pour vous!

Le service de covoiturage urbain, Uber, a débarqué à Bruxelles le 25 février. Après avoir été mis en demeure par la ministre bruxelloise en charge des Transports, Brigitte Grouwels (CD&V) pour non-respect de la réglementation, la firme américaine a trouvé un moyen pour continuer à poursuivre ses activités de manière temporaire : en proposant ses services gratuitement. La rédaction a eu l’occasion de tester le service d’Uber (Uberpop) ce jeudi. Notre compte-rendu.

uber_hero
© AC / Le Soir

Il est un peu plus de 18h ce jeudi quand je décide de quitter la rédaction. D’habitude, je rentre tous les soirs en tram pour rentrer à Forest. Il me faut environs 30 minutes pour faire le trajet avec une correspondance à Louise pour prendre le tram 97 (Dieweg). Mais puisque j’ai appris ce jeudi qu’Uber a lancé ce jeudi une offre gratuite de son service de covoiturage urbain, je décide de rompre à mes habitudes et de me lancer dans l’Uber-aventure.

Je télécharge donc rapidement l’application mobile du service destinée à mon iPhone. Je lance l’appli et cette dernière me demande plusieurs informations : mon nom, mon prénom, mon adresse e-mail, mon numéro de GSM, un mot de passe souhaité, mon numéro de carte Visa et même facultativement ma photo (prise avec mon iPhone, bien-sûr). Je m’exécute et au bout de 30 secondes, me voilà inscrit au service! Je reçois alors directement un SMS sur mon iPhone. Le message contient un code d’activation permettant d’activer mon compte Uber. Dès le code introduit dans l’application, l’univers Uber s’ouvre à moi.

L’application Uber me présente une carte où je vois en temps réel où sont situés les chauffeurs du service en train de rouler dans Bruxelles. Au moment où j’ai utilisé l’application, il y avait trois véhicules : le premier était situé dans Schaerbeek, le second dans le quartier d’Ixelles et le troisième était situé non loin de la gare centrale de Bruxelles (rue des Colonies). Coup de bol, je me trouve justement à moins de 500 mètres de là! Je ne perds pas de temps, je sélectionne aussitôt la fonctionnalité me proposant de commander un chauffeur. Et c’est une fonctionnalité bien pratique dans la mesure où elle affiche le temps estimé avant l’arrivée du chauffeur à l’endroit où je suis géolocalisé. Mais si je le souhaite, je peux toutefois déplacer l’épingle sur la carte pour commander un chauffeur depuis n’importe quel endroit.

uber1

Je clique sur “Commander ici” et je vois aussitôt qu’un des chauffeurs a accepté la commande. Je vois même sa photo et son prénom. Il s’agit de Christine (nom d’emprunt). Le temps estimé avant son arrivée est seulement de 2 minutes. C’est beau la technologie… Mais je n’ai même pas le temps de passer à la toilette, je range en vitesse mes affaires et mon sac. Je prends l’ascenseur qui me mène sur la Place de Louvain (située derrière le bâtiment qui héberge la rédaction du Soir) et mon chauffeur est déjà là. Il m’attend. Il s’agit donc de Christine. La quarantaine bien entamée. Elle roule à bord d’une Polo parfaitement entretenue tant à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Mon carrosse :

uber
© AC / Le Soir
uber3
© AC / Le Soir

Le compteur du véhicule affiche un peu plus de 31.000 Km. Elle est équipée d’un iPhone placé sur un support à ventouse colé à son parebrise. Il lui sert à accepter les commandes de courses.

Bonjour! Et bien, vous êtes plutôt rapide! Je suis journaliste, cela ne vous dérange pas si je prends des photos et si je vous pose quelques questions ?

Bonjour. Non pas de problème. Mais je ne souhaite pas être prise en photo. Je ne veux pas d’ennui avec mon véritable employeur…

Je concède et donne l’adresse de ma destination à Christine. Nous nous mettons en route et la discussion s’entame. Christine m’explique qu’elle a un travail à temps plein , mais qu’elle a décidé de se lancer dans l’aventure Uber pour arrondir ses fins de mois :

Je commence à travailler très tôt pour mon vrai travail. Je suis donc disponible l’après-midi pour pouvoir faire quelques courses.

Elle me donne des détails sur la procédure d’inscription pour devenir chauffeur :

J’ai vu une annonce circuler sur Facebook. Cela m’a intéressé directement. J’ai donc posé ma candidature sur le site d’Uber. Trois jours plus tard, une personne m’a téléphoné pour me poser quelques questions (si j’avais bien mon permis, depuis combien de temps je conduis, etc.) et m’invite à assister à une formation pour entrer dans le “club” des chauffeurs du service. Le lendemain après-midi, je me suis rendue au numéro 65 de l’avenue Louise. C’est à cet endroit que l’on m’a expliqué comment fonctionne Uber et comment me servir de l’application mobile. Rien de très difficile. Si je n’y étais pas allée, ça aurait été la même chose… Je savais déjà tout.

Christine m’explique son début avec Uber :

Je commence vers 15h. Je fais environs 3-4 courses par après-midi et je gagne environs une dizaine d’euros par courses. Faites le compte. Pour moi, c’est très appréciable.

Christine peut choisir ses clients :

Je peux choisir bien-sûr. Si je vois que la personne risque de me poser des problèmes, je peux décider d’annuler la course.

Christine continue à rouler. De mon côté, je consulte l’application du service et je vois qu’elle est en pleine activité. Concrètement, je vois en temps réel où je me situe sur une carte. L’application me propose quelques fonctionnalités à réaliser – si je le désire – durant la course : Partager le prix de la course, partager mon parcours (par SMS) contacter le chauffeur par téléphone, modifier le moyen de paiement et annuler la course.

uber7

Par curiosité, je décide de partager mon parcours avec la personne qui m’attend. Cette dernière reçoit aussitôt un lien par SMS. Ce lien l’invite à découvrir où je me situe en temps réel sur une carte et dans combien de temps je vais arriver à destination (voir illustration ci-dessus). Il est donc nécessaire que le destinataire du message dispose d’un smartphone pour accéder à cette fonctionnalité.

uber8

J’arrive donc près de chez moi, avenue du Parc à Forest. La route est terriblement embouteillée. Il me reste 200 mètres à faire. Je décide de continuer à pieds. Je l’annonce à Christine qui me dépose aussitôt. Je vois qu’elle clique sur son iPhone et plus précisément sur le le bouton “Terminer la course”. Je reçois aussitôt une notification sur mon iPhone m’invitant à lancer l’application Uber. Dès cela fait, je découvre le montant qui sera débité de ma carte de crédit. J’ai également la possibilité de noter ma course entre une et cinq étoiles. Comme tout s’est bien déroulé, je donne 5 étoiles à Christine. Elle le mérite bien! Le service se clôture enfin par la réception d’une facture par e-mail :

uber9

Le document me donne un récapitulatif complet de la course. Nous avons roulé 2,74Km pendant près de 15 minutes. Le montant à payer est en principe de 8€. Il est en principe débité directement de ma carte de crédit. Aucun échange d’argent, en espèce, n’a lieu entre le chauffeur et le client. Il me reste encore 4 courses gratuites et je pense bien que je vais encore en profiter…

Au revoir Christine!

Le site Internet d’Uber.

_
Suivez Belgium-iphone sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.