Dans les commentaires d’ouverture du nouveau procès autour des certains brevets, l’avocat de Samsung, Bill Price a changé de discours et admet la culpabilité de son client, reconnaissant que le prix sera élevé rapporte Apple Insider.

© DR

Selon le live blog du San Jose Mercury News, tenu par Howard Mintz, l’avocat de Apple, Harold McElhinny a ouvert aujourd’hui le procès en pointant du doigt 5 brevets que Samsung aurait violés : ” Nous ne sommes pas là aujourd’hui pour parler de la manière dont le monde a réagi face à l’iPhone mais bien de la manière dont Samsung y a réagi“.

McElhinny s’appuie sur un mémo très spécial pour attaquer Samsung. En effet, ledit mémo a refait surface lors du procès malgré les efforts de la firme coréenne pour le cacher :” Des personnalités influentes externes à la compagnie ont testé l’iPhone et expriment ouvertement que Samsung s’asphyxie. Pendant tout ce temps nous nous sommes concentrés sur Nokia en pointant nos efforts sur des fonctions comme le Folder, Bar et Slide. Pourtant, quand on compare nos produits à l’iPhone, c’est comme comparer le Ciel et la Terre. Nous faisons face à une crise du design.

L’avocat de Apple a poursuivi son réquisitoire en posant une simple question :” Ce procès ne tient qu’à une question : quels dommages et intérêts va devoir payer Samsung pour avoir violé la propriété intellectuelle de Apple ? Samsung a vendu 10,7 millions de produits frauduleux. Samsung, la société qui a enfreint la loi, a encaissé 3,5 milliards de dollars. Il est temps de décider combien de ces 3,5 milliards vont être restitués à Apple.” conclut McElhinny.

Samsung ne nie pas sa responsabilité mais trouve l’amende salée

Apple cherche à récupérer 113 millions $ pour combler le manque à gagner. La société de Cupertino estime qu’elle aurait vendu 360.000 iPhone de plus sans avoir à subir la compétition de son propre travail. Apple cherche également à percevoir 231 millions $ de dommages et intérêts par rapport aux profits frauduleux de Samsung et enfin 34 millions $ de royalties. Au total ce sont donc près de 379 millions de dollars qu’Apple réclame à Samsung.

L’avocat de Samsung, Bill Price s’est exprimé inquiet :” Apple demande simplement trop d’argent par rapport au dommage exercé par mon client : même si nous reconnaissons que  nos smartphones sont coupables de contenir des éléments propres à Apple, comme des coins arrondis,  ça ne donne pas pour autant le droit à Apple de nous réclamer autant d’argent.

La firme coréenne a rajouté que “Nous n’avons absolument pas gagné 3,5 milliards $ au niveau des appareils concernés. Le chiffre réel est plus proche de 52 millions $ et c’est exactement ce qu’Apple devrait percevoir comme dommages et intérêts.

Un contraste sévère par rapport aux propres demandes de Samsung

Cette offre un peu ridicule contraste sévèrement avec les propres demandes de Samsung qui, il n’y a pas si longtemps, demandait près de 3 milliards de $ de dommages et intérêts car Apple avait utilisé des puces de fréquences Qualcomm alors que ces dernières faisaient partie d’un brevet déposé par la firme coréenne.

Samsung avait même essayé d’utiliser ces dommages et intérêts pour bloquer totalement l’importation de produits Apple via une injonction déposée auprès de la “International Trade Commission”. Cette demande fût d’ailleurs considérée comme assez dangereuse pour que le président des Etats-Unis lui-même ait à intervenir.

Le géant coréen, toujours à l’affût, avait également tenté d’extorquer de 290 millions à 399 millions de $ à Apple en relation avec d’autres brevets. Samsung avait d’ailleurs une fois de plus perdu ce procès après avoir échoué à prouver la culpabilité d’Apple.

Bill Price termine son réquisitoire par  “Quels sont les dommages et intérêts corrects prévus par la Loi ? Si nous y regardons honnêtement, cette somme serait de 52 millions $, pas de 370 millions.”

En attendant la fin de ce procès, les deux compagnies ennemies se préparent déjà à se retrouver une fois de plus au tribunal pour une autre poursuite judiciaire qui voit Samsung à nouveau attaqué pour une question de brevets. Malgré tout, quand ce procès débutera, les appareils concernés du géant coréen auront déjà été sur le marché depuis plus de 2 ans.

On en parle sur le forum