Chrisann Brennan a sorti cette semaine «The Bite in the Apple : A Memoir of My Life With Steve Jobs» qui regorge de détails saugrenus sur le visionnaire d’Apple.

© Norman Seeff

Le livre parle d’une période durant les années 1970 où l’auteure vivait avec Steve Jobs et son collègue Daniel Kottke, au moment où les deux compères lançaient Apple.

Brennan, qui a rencontré pour la première fois Steve Jobs en 1972 alors qu’ils étaient tous deux étudiants à Cupertino, a sorti cette semaine un livre de confessions.

Elle y divulgue notamment que Jobs pensait sincèrement être la réincarnation d’un pilote de la Seconde Guerre Mondiale : « Il me disait que quand il roulait, il ressentait un besoin pressant de tirer son volant vers lui comme pour décoller» explique-elle. «C’était spécial pour lui de le dire mais il avait le sentiment d’être un homme glamour des années 40».

«Il adorait les groupes de Tommy Dorsey, Benny Goodman et Count Basie. A la première fête d’Apple, il a même dansé comme si il provenait des années 40…».

Steve Jobs se sépara de Chrisann Brennan en 1977 lorsqu’elle lui annonça être enceinte de leur fille, Lisa. Il réfuta tout d’abord sa parenté mais reviendra sur sa décision plus tard dans sa vie.

Le livre parle aussi d’une période où Jobs revint d’un voyage en Inde en 1974 avec de fortes notions de spiritualité : «Tout à commencé à devenir difficile entre nous quand il m’a demandé de faire l’amour de manière tantrique dans son abri de jardin». L’auteure explique qu’elle refusa l’offre, expliquant qu’ils n’étaient pas spirituellement préparés.

Les détails abondent et on peut notamment lire que «notre système de contraception à l’époque était le «coitus interuptus» ou plus simplement la technique du «je-me-retire-avant-la-fin» qui représentait pour Steve un moyen de conserver son énergie pour le travail».

L’égo de Jobs commençait également à s’amplifier de plus en plus et affectait visiblement leur relation puisqu’il en venait à refuser de participer aux tâches journalières comme le ménage. Brennan explique : «Je me rappelle qu’après une fête à notre domicile, Steve restait planté là de manière confuse et se demandait comment ils pourraient s’occuper de «ça». Je n’avais pas compris la question jusqu’à ce que je réalise qu’il cherchait à embaucher un service spécial pour faire la vaisselle à notre place. Ranger et nettoyer n’était tout simplement plus normal pour Jobs, il était entré dans un monde élitiste où c’étaient les autres qui s’occupaient des corvées».

Le livre regorge encore d’autres anecdotes sur la vie du génie d’Apple, toutes plus bizarres et révélatrices les unes que les autres.

On en parle sur le forum.

[Source Independent ]