Exclusif : Belgacom lancera son réseau 4G à l'automne

Selon nos informations, Belgacom lancera son réseau 4G à l’automne. Huit villes sont concernées dans un premier temps. L’opérateur fait toutefois provisoirement l’impasse sur la Région bruxelloise en raison des sévères normes de rayonnement qui y prévalent.

© DR

À l’heure où les premiers terminaux 4G débarquent au compte-gouttes, les opérateurs mobiles en Belgique s’attèlent à déployer la quatrième génération du réseau mobile à travers le pays. En juillet, l’opérateur Mobistar annonçait avoir choisi Anvers comme ville-pilote pour permettre à ses clients d’expérimenter en condition réelle le haut débit de transmission de données que permet la technologie 4G (LTE). En somme, il s’agissait d’une étape symbolique pour la filiale de France Télécom avant de s’attaquer au déploiement de son réseau 4G dans 600 sites supplémentaires en 2013. Base, lui, se limite quant à lui à quelques tests en Flandre. Du côté de Belgacom, on savait déjà que l’opérateur historique s’attelait à déployer son réseau 4G dans plusieurs villes belges et ce, depuis maintenant un an. Par contre, la date du lancement de celui-ci demeurait flou. Certaines rumeurs évoquaient un lancement grand public du réseau 4G de Belgacom/Proximus seulement pour l’année prochaine. Selon nos informations, l’opérateur s’apprêterait toutefois à accélérer la mise en service de la nouvelle génération de son réseau. Son but ? Tout simplement montrer qu’il sera “le premier” à déployer cette nouvelle technologie – à plus grande échelle – pendant que son rival Mobistar ne se contente que de proposer la 4G dans la seule ville d’Anvers cette année.

Huit villes dans un premier temps, impasse provisoire sur Bruxelles

Cet automne, Belgacom déploiera donc son réseau 4G dans huit villes : Liège, Namur, Anvers, Mons, Wavre, Gand, Louvain, Hasselt et le parc industriel d’Haasrode. À l’instar des projets de Mobistar concernant l’impasse du déploiement de la 4G sur la Région bruxelloise en raison des sévères normes de rayonnement qui y prévalent, Belgacom/Proximus a lui aussi décidé de faire provisoirement l’impasse sur cette régions. Toutefois, l’opérateur a décidé de proposer en attendant une alternative en upgradant dans la mesure du possible les sites 3G bruxellois à la technologie HSPA+, la variante la plus rapide disponible de l’opérateur à l’heure actuelle.

Rappelons que la ministre de la Région de Bruxelles-Capitale, Evelyne Huytebroeck avait déclaré en juillet qu’elle se voulait rassurante et faisait part de son soutien au développement de la 4G à Bruxelles.

Un déploiement avec un minimum d’impact visuel

Selon nos informations, Belgacom aurait pris soin de déployer son nouveau réseau avec un minimum d’impact visuel. Pour y arriver, l’opérateur a décidé de “recycler” de nombreux sites urbains déjà équipés d’antennes de 1800 MHz. La raison? Cette bande de fréquences était précédemment déjà utilisée par l’opérateur pour fournir des capacités GSM supplémentaires. Pour cette raison, Belgacom va installer de préférence des antennes multibandes sur les sites dépourvus d’antenne de 1800 MHz, afin de déployer son nouveau réseau avec un minimum d’impact visuel.

Rappelons qu’en théorie, la technologie 4G permet à un utilisateur d’atteindre des vitesses nettement supérieures à celles du réseau 3G existant. Le LTE peut atteindre en théorie des vitesses de 150 Mbps en downstream et de 50 Mbps en upstream. En pratique, les vitesses seront beaucoup moins élevées, mais les débits escomptés pourraient tout de même atteindre plus de 80 Mbps dans des circonstances favorables.

Plus concrètement, l’utilisateur pourra envoyer des photos et des images bien plus rapidement, regarder la télévision sur son smartphone ou sa tablette, dont la fluidité de l’image sera comparable à celle de sa télévision de salon.

Réagissez sur le forum.

_
Suivez Belgium-iphone sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.