Le magazine social Flipboard lance sa version française

L’application iOS Flipboard lance sa version française ce jeudi à 15h. En France, Flipboard commence à démarcher les éditeurs de presse en ligne pour nouer des partenariats.

Les utilisateurs du premier “magazine social” attaché à la langue de molière vont pouvoir se réjouir. Flipboard lance ce jeudi la version française de son application iOS compatible avec l’iPhone et l’iPad.

Lancé à l’été 2010, Flipboard permet de créer son “magazine” personnalisé à partir de contenus de divers sites web, flux RSS et également en provenance des réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Tumblr, ou encore Instagram.

«Nous sommes une nouvelle forme de navigateur Internet qui permet aux pages Web d’avoir une apparence aussi belle que sur le papier», explique Mike McCue, le cofondateur de Flipboard.

Après avoir séduit de nombreux utilisateurs en France (le top 5 des pays les plus actifs), la start-up qui compte déjà 8 millions d’utilisateur (40 % des lecteurs vivent en dehors des États-Unis) s’est attelé à proposer une version traduite de l’application dans la langue de molière et ce, après avoir décliné une version chinoise, en décembre.

«40 % de nos lecteurs vivent en dehors des États-Unis, poursuit Mike McCue. La France et dans le top 5 des pays les plus actifs, tant en nombre de lectures que de téléchargements de notre application», précise Mike McCue.

Éditeurs de presse en ligne en France.

Pour Flipboard, le but de proposer une version française de son application a tout son sens. Cette stratégie permettra de démarcher les éditeurs de presse en ligne en vue de nouer des partenariats. Un démarchage qui a d’ailleurs déjà débuté, il y a toujours juste quelques semaines. Le magazine social compte commercialiser des espaces qui permettront aux éditeurs d’y placer des pages de publicité, exactement comme dans un journal papier. «C’est l’éditeur qui assure la régie de ces espaces. “Il nous reverse ensuite une part des revenus”, insiste Mike McCue. Les tarifs pour ces nouveaux formats publicitaires, eux, nettement plus élevés qu’une simple bannière proposée sur un site web. «Les tarifs sont dix à quinze fois supérieurs à une bannière Web et n’empiètent pas sur l’espace consacré au contenu comme sur une page Web”, conclut le cofondateur de Flipboard.

La start-up californienne avait fait levé 50 millions de dollars levés en avril 2011 et compte 50 employés, à ce jour.

Téléchargez l’application Flipboard sur l’App Store.

Réagissez sur le forum.

_
Suivez Belgium-iphone sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.