Provoquant la consternation sur les réseaux sociaux et auprès de nombreuses associations luttant contre l’antisémitisme et le racisme, l’auteur de l’application « Juif ou pas Juif? » s’explique.

C’est dans la confusion la plus totale que se trouve actuellement Johann Levy, le créateur de l’application “Juif ou pas juif”, qui sème le buzz depuis ce mercredi notamment sur les réseaux sociaux et pas spécialement dans le plus bon sens du terme. Celui qui est désormais taxé d’antisémite pour avoir créé une application iPhone qui sème la polémique a tenu à s’expliquer au Nouvel Observateur.

De nombreuses associations comme SOS Racisme, en France, ont déjà choisi de porter plainte contre le créateur de l’application pour “constitution illicite de fichier en raison de l’origine”.

“Et si j’avais appelé mon application “breton ou pas breton” ?”, s’interroge Johann Levy qui ne manque de signaler qu’il est juif pratiquant et descendant d’une famille dont certains membres ont été déportés durant la seconde guerre mondiale. En fait, si l’on en croît celui pointé du doigt, c’est uniquement dans un rôle ludique et positif qu’il a décidé de lancer cette application. Une manière de plutôt rendre hommage à la la communauté juive.

Quelques passages relevés de ses explications sur le site du NouvelObs :

“Dans la communauté, il y a souvent des discussions pour savoir qui, dans les personnes qui réussissent, sont talentueuses, célèbres, est de confession juive (ou non). L’idée n’est aucunement d’imaginer une quelconque supériorité d’un groupe ethnique sur un autre – d’autant plus qu’il y a une part beaucoup plus importante de non-Juifs tout aussi talentueux ! – mais bel est bien d’être fier !”

“Si l’application s’était appelée “célébrités bretonnes”, ça n’aurait choqué personne ! Les bretons n’ont pas la même histoire que les juifs, certes, mais en France, en 2011, je suis triste de constater que le mot “juif” qui est aussi tabou. En 70 ans, la société n’a pas beaucoup évolué.”

“Je ne comprends pas pourquoi savoir qu’on est juif, même si on l’enregistre, créerait de l’antisémitisme. Si on discrimine quelqu’un c’est mal, mais connaitre l’origine et les croyances d’une personne ne devrait pas poser de problème.”

“Aux Etats-Unis, il existe un site intitulé “jew or not”, qui a à peu près la même finalité que mon application, et là-bas, cela n’a choqué personne. Je suis ingénieur informatique dans une entreprise britannique. Et je peux vous dire qu’en Angleterre ,dans le questionnaire que l’État envoie pour le recensement de la population, il est demandé aux particuliers d’indiquer leur confession religieuse. On coche la case “catholique”, “musulman”, “juif” etc… Cela ne choque personne.”

“Pourquoi cela devrait être différent en France ? Pourquoi en France on ne pourrait avoir un débat sain sur ce sujet ? Pourquoi on est tout de suite dans la polémique ? Je pose la question.”

“On a qualifié l’application de “dangereuse” mais croyez-bien, les antisémites, racistes, ou autres personnes haineuses n’ont pas besoin d’une appli iPhone pour déverser leur haine de l’autre. Tout existe déjà sur Internet, la seul nouveauté ici est le support qu’est l’iPhone.”

“S’il faut censurer l’application, comme j’ai pu le lire ici ou là, censurons aussi Wikipédia, qui propose la même fonctionnalité… censurons les blogs, censurons Google, qui propose dans ses résultats de recherche le mot “juif” lorsque l’on tape le nom de quasiment chaque personnalité française.”

“Tiens… Et pourquoi ces résultats, d’ailleurs ? Parce que cela intéresse les gens.”

Pour rappel, l’application « Juif ou pas Juif? » propose de catégoriser des personnalités selon leur appartenance avec la religion. L’application reprend des milliers de personnalités juives (de par leur mère), à « moitié juive » (de par leur père), ou converties, émanant de 50 pays et regroupées dans des catégories variées comme le cinéma, la musique, le business, les prix Nobels, les journalistes, les politiciens, les scientifiques, les sportifs, etc.

À noter que pour l’heure, l’application est toujours disponible en téléchargement sur l’App Store et que par ailleurs, elle se classe actuellement première sur la boutique en ligne belge d’applications.

Réagissez sur le forum.