test_ardrone_bip-33

La rédaction de Belgium-iPhone a pu tester – le temps d’une journée – le nouvel AR. Drone présenté officiellement par le fabricant  français Parrot au mois de juin et commercialisé depuis cette semaine exclusivement par la chaîne de magasins FNAC en France ou via la boutique en ligne du fabricant pour les commandes passées depuis l’Europe de l’ouest, les Dom-Tom, l’Afrique, les pays du Moyen-Orient, l’Australie et certains pays d’Asie. Notez que les États-Unis pourront seulement en profiter dès le mois prochain.

Tout d’abord, quelques mots sur la société Parrot. Il s’agit d’une société dont le siège est situé à Paris. Elle conçoit et développe depuis 1994 (date de création de la société) des périphériques sans fil pour la téléphonie mobile. Parrot développe la gamme la plus étendue du marché de systèmes mains libres Bluetooth installés pour la voiture. Son offre de connectivité Bluetooth ou Wi-fi s’adresse à tous les utilisateurs de téléphones mobiles et aussi aux constructeurs et équipementiers de l’industrie automobile (OEM). Elle propose également de nombreux produits multimédia dessinés par des artistes de renom. La société est cotée en bourse (Euronext) et compte aujourd’hui 450 collaborateurs dans le monde et réalise 85 % de ses ventes à l’étranger.

Parrot qui avait eu l’idée dans un premier temps de développer une voiture téléguidée, a préféré choisir une autre direction et proposer un produit absolument unique dans son genre. C’est ainsi que le P.d.g de Parrot Henri Seydoux a décidé que ce futur produit était destiné à voler mais devait être également pilotable d’une manière “révolutionnaire”. C’est ainsi que le quadricoptère AR.Drone est né en possédant la particularité d’être pilotable depuis un iPhone, un iPod Touch ou un iPad, non pas grâce à une connexion Bluetooth mais plutôt en se servant d’une connexion Wi-Fi ad-hoc – comprenez par là que c’est l’engin qui émet et reçoit des ondes Wi-Fi comme un véritable modem ou un routeur sans-fil ! -.

test_ardrone_bip-17

Du côté de ses spécifications, l’AR. Drone est très léger. Livré avec deux carènes – une pour l’extérieur et une pour l’intérieur -, l’engin pèse respectivement 380 grammes en mode “extérieur” et 420 grammes en mode “intérieur” et à une taille de 50 cm. Il possède 4 moteurs de type brushless (moteurs sans balais, à aimants) permettant de faire tourner ses hélices à une vitesse de 35.000 tours/minutes (15W). Les moteurs sont raccordés à une carte mère – faisant également office de centrale inertielle – composée de puces MEMS (micro-électromécaniques) et d’un altimètre à ultrasons permettant de rendre le Drone le plus stable possible. Le processeur intégré dans la carte mère est une puce de type ARM 9 cadencé à 468Mhz accompagnée de mémoires de 128Mb RAM-DDR cadencées à 200Mhz.

L’AR. Drone se rend également encore plus unique en son genre en intégrant deux caméras : l’une est frontale (situé sur le devant de la carène) et est de type VGA avec une résolution de 640 x 480 pixels – offrant un objectif grand angle de 93°. La deuxième caméra est située sur le dessous de l’appareil et est de type QCIF avec une résolution plus faible de 176 x 144 pixels. Les deux caméras permettent de retransmettre les images vidéo en streaming sur l’écran de votre iPhone, iPod Touch ou iPad (via l’application dédiée au pilotage de l’AR. Drone). Il n’est cependant pas possible d’enregistrer ses propres films lors de séances de vols depuis l’application. Néanmoins, il est possible d’effectuer des captures d’écran en se servant de cette fonctionnalité intégrée à l’origine sur iOS (clics simultanés sur les boutons “Home” et “Power” en convenant bien que cela s’avère périlleux!).

À l’instar de l’iPhone, de l’iPod Touch et de l’iPad, l’engin volant intègre un accéléromètre mais aussi un gyroscope, ces deux fonctionnalités intègrent le système de guidage inertiel de l’engin.

Concernant la batterie, elle est de type “UL2054” et permet une autonomie entre 12 et 15 minutes de vol selon la carène utilisée. La carène destinée à un usage “intérieur” fait consommer davantage l’engin de part son poids plus important. Il vous faudra patienter 90 minutes de rechargement afin de pouvoir disposer d’une autonomie “complète”. D’où l’intérêt de pouvoir disposer de plusieurs batteries de rechanges – si vous êtes trop impatients – mais qui implique de repasser à la caisse, une batterie est vendue 30,99€.

Lorsque vous commandez l’AR. Drone, vous avez la possibilité – moyennant un supplément de 15€ – de vous le faire livrer le jour suivant, ce qui peut s’avérer pratique lorsque le week-end approche et que l’on est surtout pressé de pouvoir le tester.

Une fois le colis reçu, voici ce que vous trouvez dans la “grande” boite : l’AR. Drone, ses deux carènes dont celle d’extérieur revêtue de la couleur choisie lors de votre commande (existe en trois coloris : vert-orange, jaune-orange et bleu-orange), la batterie, le chargeur, un adaptateur secteur (munis de plusieurs prises étrangères), des auto-collants à placer sur la carlingues intérieur (lors de combats entre plusieurs drones) et le mode d’emploi de “démarrage rapide”. En photos cela donne ceci :

test_ardrone_bip

test_ardrone_bip-5

test_ardrone_bip-4

Une fois la batterie rechargée et mise en place dans le drone, ce dernier est véritablement prêt à voler. Tout est donc assemblé à l’origine (un gain de temps très appréciable). Il vous faudra seulement choisir la carène souhaitée selon votre type de vol (intérieur ou extérieur ). Voici le drone revêtu de ses deux robes et sous tous ses angles :

Avec carène pour vol extérieur :

test_ardrone_bip-8

test_ardrone_bip-10

test_ardrone_bip-11

test_ardrone_bip-12

test_ardrone_bip-13

test_ardrone_bip-14

Avec carène pour vol intérieur (vous remarquerez que cette dernière a été conçue pour protéger les hélices, elle est de matière très légère et ressemble à de la frigolite) :

test_ardrone_bip-19

test_ardrone_bip-20

test_ardrone_bip-21

test_ardrone_bip-22

test_ardrone_bip-23

test_ardrone_bip-24

Les deux carènes réunies :

test_ardrone_bip-25

La caméra située sur le dessous de l’engin (tout au milieu). Sur les contours sont disposés deux fonctionnalités de “Reset” (réinitialiser) et de “Unpair” (dépairer), les deux grands ronds blancs constitue l’altimètre fonctionnant à l’ultrason (fréquence d’émission : 40Mhz et ayant une portée de 6 mètres), ainsi qu’un port représentant un “port USB” mais qui n’en est finalement pas un! Il s’agirait en fait d’un port  vraisemblablement réservé  à se connecter à la carte mère du drone (diagnostique). Sur une journée d’utilisation, nous n’avons jamais eu à nous préoccuper de ces fonctionnalités présentées sur le dessous de l’appareil. Cependant, nous avons appris – par le biais du mode d’emploi – que la fonctionnalité “Unpair” servira lors de futures mises-à-jour de l’appareil (elles se feront par Wi-Fi!).

test_ardrone_bip-15

Une des quatre hélices vue de près :

test_ardrone_bip-18

L’un des quatre moteurs de type brushless. Remarquez comme les contacts sont fort apparents – pas protégés – et donne un certain sentiment de fragilité. En cas d’atterrissage ou de chocs occasionnés par un crash, le “pied” en plastique situé sur le dessous permettra cependant d’amortir :

test_ardrone_bip-16

Les présentations étant terminées, passons à l’action !

Lorsque vous avez choisi votre type de vol (carène intérieur ou extérieure), il ne vous reste plus qu’à brancher la batterie de votre drone, celui-ci s’allumera automatiquement (il n’y a pas de bouton d’allumage sur le drone et le seul moyen pour l’éteindre est de débrancher la batterie).

N’oubliez pas de téléchargez l’application iOS dédiée au pilotage de l’AR. Drone, cette dernière est à télécharger gratuitement sur l’App Store.

Une fois l’application installée, vous devrez vous connecter, depuis votre iDevice, au Wi-Fi de votre drone :

photo 3

Dès que la connexion est établie, vous pouvez lancer l’application dédiée au pilotage de l’AR. Drone “AR. FreeFlight”. Préparez-vous à décoller !

Assurez-vous de placer votre drone sur une surface la plus spacieuse possible (pas juste à côté d’un mur ou d’un arbre). Si vous allez voler à l’intérieur de chez vous, éviter des pièces comportant des objets précieux.

Voici comment se présente votre centre de pilotage depuis votre iDevice :

photo 2

Le gros bouton à droite permet de faire lever, baisser et pivoter l’engin sur 360°, tandis que le plus petit bouton, situé sur le dessous à gauche, permettra de valider votre pilotage lorsque vous allez diriger votre drone : comprenez par là que vous allez devoir vous servir de l’accéléromètre de votre iDevice pour faire avancer ou reculer l’engin : il est donc nécessaire de bouger votre iDevice pour faire déplacer votre drone ! La fonctionnalité située au milieu dans le bas de l’écran permettra à votre drone de décoller ou d’atterrir et ce de manière automatique : lorsque votre drone est situé à 10 mètres de haut et que vous activez cette fonction, il atterri verticalement en descendant chaque fois par palier d’un mètre pour un atterrissage en douceur… La fonctionnalité “Emergency” (urgence) située sur le dessus de l’écran permet de couper les moteurs instantanément en cas de grosse perte de contrôle de pilotage (lorsque vous vous approchez accidentellement un peu trop près d’une route par exemple, cela peut s’avérer intéressant). Cela étant, cette fonctionnalité pourra s’avérer également irréversible, à votre drone, si elle est activée alors que votre engin est placé en haute altitude et risque donc de chuter trop lourdement… Bien que le drone est constitué de manière à absorber un maximum de chocs lors de chute, il s’agira néanmoins de rester prudent et de garder le contrôle de l’engin de manière permanente. Les trois autres fonctionnalités représentées sur la gauche de l’écran sont la qualité du signal de réception Wi-Fi entre le drone et l’iDevice, un mode paramètre permettant notamment d’activer le pilotage “avancé” (les deux manettes de pilotage rassemblées en une seule) et la possibilité de permuter l’affichage des caméras (notez que lorsqu’une caméra est principalement activée, l’autre caméra s’affiche néanmoins dans un petit cadran en haut à gauche de l’écran.

Lors du premier vol, la découverte de la manière de piloter est plutôt déconcertante. On ne réalise pas encore que l’accéléromètre de son iDevice va en fait servir de fonctionnalité principale et lorsque l’on s’en aperçoit (la batterie est presque vide), cela demande une certaine adaptation adaptation : 4 ou 5 vols seront nécessaires pour bien commencer à maîtriser le pilotage du drone. Cela sera juste frustrant d’attendre continuellement les 90 minutes de rechargement de la batterie…

Lors des premiers vols, vous aurez certainement droit à ceci :

test_ardrone_bip-6

test_ardrone_bip-7

Si cela vous arrive, soyez très prudent lorsque vous serez amenez à monter sur un arbre, préférez secouer les branches à l’aide d’un manche de brosse par exemple et placez-vous en dessous pour essayer de le réceptionner! Si il reste accrochez et que vous arrivez à mettre la main dessus, ne tirez pas sur le drone – au risque d’arracher les hélices et les moteurs qui vont avec – mais retirer plutôt prudemment branche par branche. Dans tous les cas, ne prenez pas de risque. Un drone, même s’il est vendu cher, ne mérite surtout pas une jambe ou un bras cassé…

Prenez donc votre temps à apprendre à maitriser l’engin, faite le voler à faible altitude lors de vos premiers vols et ne tournez pas brusquement votre iDevice sous risque de perte de contrôle. Attention également, lorsque vous allez pivoter l’engin de 180°, les commandes seront bien inversées et surtout attention au vent :le drone est léger mais malgré ses “outils” permettant de le rendre très stable, la force de la nature ne manquera pas de vous l’envoyez dans des endroits non-souhaités! Évitez donc de voler lorsqu’il y a beaucoup vents.

Lorsque vous allez commencer à maîtriser le pilotage du drone, c’est à ce moment que vous allez commencer à vous amuser davantage. Vous n’hésitez pas – prudemment – à piquer des pointes pouvant atteindre jusqu’à 18Km/h et sous une portée d’environ 50 mètres. Au delà de cette limite, le drone ne sera plus en mesure de réceptionner correctement les ondes Wi-Fi provenant de votre iDevice et se posera automatiquement.

Concernant la hauteur, il ne nous a pas été possible d’aller au-delà de 12-13 mètres. Sachez que cette distance est déjà relativement importante et que déjà passé 5 mètres de hauteur, cela exige une certaine maîtrise de pilotage et surtout le moins de vent possible !

Quelques photos prises lors de nos essais :

test_ardrone_bip-27

test_ardrone_bip-30

test_ardrone_bip-33

test_ardrone_bip-34

test_ardrone_bip-35

test_ardrone_bip-36

test_ardrone_bip-37

test_ardrone_bip-38

test_ardrone_bip-40

test_ardrone_bip-42

En conclusion, nous avons passé une excellente après-midi été agréablement surpris par l’AR. Drone. Autant, il nous paraissait fragile lorsque nous l’avions “sorti de boite” autant il s’est avéré robuste lors des lourdes chutes et chocs contre des arbres et façades de maisons – lors de nos premiers essais -. Nous ne l’avons quasiment pas utilisé à l’intérieur du fait que cela est évidemment beaucoup moins pratique et également dangereux. Nous avons cependant constaté que la carène dédiée à l’utilisation en intérieur est moins contrôlable lors d’une utilisation en extérieur : elle est davantage soumise au vent et le drone perd un certain contrôle sans compter le fait qu’elle rend le drone plus énergivore.

Le pilotage de l’engin – nécessitant un peu d’entraînement – est très amusant. Après les 4-5 premières vols, on aura vite fait de tourner son iPhone “dans tous les sens” pour lui faire réaliser de nombreuses acrobaties. Il s’agira néanmoins d’exécuter les commandes “en douceur” depuis son iDevice : l’appareil répond instantanément au changement de cap souhaité.

Parrot n’a pas négligé la sécurité  : lorsque le drone entre en contact avec un corps étranger : l’appareil se coupe instantanément et tomber à terre. Attention cependant à ne pas toucher les hélices car bien que cela ne coupe pas vraiment, cela fait pas du bien du tout (à ne pas donc laisser utiliser par des enfants).

Même si le prix peut paraître élevé (299€), l’AR. Drone constitue une manière de prendre du plaisir en plus avec son iDevice et également de faire ses premiers pas dans le monde de l’aéromodélisme. On appréciera les technologies embarquées et la manière finalement confortable de pilotage (moyennant toutefois une certaine adaptation).

Il reste à se réjouir de l’arrivée de nouvelles applications dédiées à l’AR. Drone (Parrot à mis son kit de développement d’applications à cet effet aux développeurs). Les utilisateurs pourront donc prochainement mener de véritables combats virtuels entre plusieurs drones (sous la forme de réalité augmentée).

Notez que Parrot a également mis à disposition sa boutique en ligne de pièces détachées si votre drone connaît quelques accidents irréversibles : toutes les pièces sont remplaçables et ça, c’est un grand avantage! De même que des vidéos explicatives ont été publiées sur le site du fabricant pour aider au mieux les utilisateurs à réparer leur drone.

Êtes-vous convaincus de votre côté si vous l’avez testé ou si vous envisagez de vous le procurer?

On en discute sur le forum.

La vidéo test :