Un rapport de Bloomberg indique que la Pomme élargit sa palette de pièces pour iPhone, envisageant d’assembler ses propres modems. Une manière pour l’entreprise de contrôler sa production et de ne dépendre que d’un minimum de fournisseurs externes.

Depuis le lancement des premiers iPhone, Apple a ramené la fabrication de nombre de ses composants sous son drapeau. Bien avant la puce A12 Bionic qui équipe les derniers iPhone, saviez-vous par exemple que la SoC de la première génération d’iPhone était produite par son grand rival, Samsung?

Mais l’acteur incontournable du secteur, c’est Qualcomm. Le fournisseur domine le marché mais il est également en plein conflit juridique avec Apple. D’où la séparation entre les deux firmes, obligeant Apple à faire un virage à 180 degrés vers Intel en 2017 pour produire ses modems.

Bloomberg indique que Cupertino fait un pied de nez à son ex-partenaire : la Pomme engage à tour de bras des ingénieurs spécialisés en technologies LTE et Bluetooth, pour la conception de composants sans fil. Où les trouver? Bingo! Chez Qualcomm. Pas de quoi calmer les esprits entre les deux géants qui s’affrontent dans les tribunaux.

En revanche, le recrutement témoigne de la volonté de la firme californienne de se constituer une équipe pour la fabrication de modems made in Apple. Toutes les offres d’emploi délivrées par l’entreprise convergent vers une ville : San Diego. La Pomme y concentrerait sa nouvelle production de modems.

Aucune raison de s’inquiéter du côté de chez Intel, du moins pour les deux prochaines années. Le fournisseur électronique marche toujours aux côtés de son partenaire américain pour l’assemblage des premiers modems 5G attendus à l’horizon 2020. Au-delà de cette date, les chances de travailler avec l’entreprise la plus cotée en bourse s’amenuisent.