On le sait, Apple n’apprécie guère que des ateliers de réparations non officiels touchent à ses produits. Cela avait notamment mené la firme devant les tribunaux pour avoir refusé de réparer certains iPhone. La Pomme a confirmé à The Verge que la puce T2 rendait impossible la réparation hors de ses propres ateliers.

Lorsque la carte mère ou le Touch ID d’un Mac est remplacé, la puce T2 dont il est équipé rend l’ordinateur en question parfaitement inutilisable. Le seul moyen de le réactiver : exécuter le logiciel Apple Service Toolkit 2 qui inspecte mémoire des composantes telles que l’affichage, l’alimentation et le système de refroidissement.

Le seul hic, c’est que l’outil n’a été délivré qu’aux ateliers agréés par la Pomme. Impossible pour les autres de se le procurer. Voilà donc le moyen mis en place par la firme pour concentrer les réparations vers ses centres. Or, il n’est pas toujours possible pour tout client de la Pomme de se rendre dans un Apple Store ou un atelier officiel, se dirigeant alors chez un réparateur tiers.

Quels appareils touchés par ce nouveau protocole?

Le programme n’était probablement pas encore en service début octobre, d’après le site spécialisé dans le démontage des produits de la marque, ce dernier ayant volontairement remplacé les composants en question sur un MacBook Pro de 2018. L’ordinateur était parfaitement utilisable une fois remonté.

La puce T2 équipe les MacBook Pro 2018, le nouveau MacBook Air, le Mac Mini de 2018 et l’iMac Pro. Toutefois, Apple n’a pas donné plus d’informations quant aux produits concernés par cette nouvelle mesure, ni précisé quand celle-ci était entrée en vigueur.

D’après un document interne de la firme filtré par MacRumors et Motherboard, les pièces touchées seraient le dispositif d’affichage, la carte mère, la partie supérieure et le Touch ID des MacBook Pro, la carte mère et la mémoire flash des iMac Pro et des nouveaux Mac Mini. Quant au MacBook Air présenté fin octobre, seule la carte mère serait touchée.