À chaque sortie d’un nouvel iPhone, le Youtubeur Zack Nelson de la chaîne JerryRigEverything ressort ses outils. Le but : gratter, griffer, écorcher les différentes parties de l’appareil pour vérifier leur durabilité.

Un peu plus d’un mois après les iPhone Xs et Xs Max, c’était au tour du Xr de faire son entrée sur le marché. Vendu moins cher que ses deux cousins, on est tout de même en droit de s’interroger sur la durabilité d’un appareil qui affiche un prix de 859 à 1029€ pour sa version 256 Go.

Pour déterminer la résistance du smartphone d’Apple à l’usure du temps et aux griffes, Zack Nelson passe chacune des parties externes de l’iPhone Xr sous ses outils. Écran, châssis, dos en verre, objectifs : tout y passe.

On aurait tendance à croire que la différence de prix entre le dernier-né de la firme californienne et les deux flagships sortis à la mi-septembre se répercuterait dans la solidité des matériaux, et en fait pas du tout.

Cet écart de prix est principalement dû à l’écran LCD du Xr. Bien que moins coloré, contrasté et précis que l’écran AMOLED des Xs, celui-ci résiste tout aussi bien aux égratignures. Pas une griffe n’est apparente sur le verre avant l’utilisation d’un outil de dureté 6 sur l’échelle de Mohs, avec des entailles plus profondes à partir de 7. Même résistance côté capteur.

Alors qu’est-ce qui différencie vraiment les Xr des Xs? C’est du côté du châssis qu’il faut se rendre. Quand les plus onéreux des iPhone sont construits en acier inoxydable, le dernier sorti sur le marché se contente d’aluminium, la même matière qu’on pouvait retrouver sur la plupart des précédents modèles de téléphone de la Pomme.

On ne peut pas dire que l’aluminium soit fragile mais les griffes d’usage sont en revanche plus marquées que sur l’acier. Alors, si la résistance aux griffes n’est pas un critère de choix pour vous ou encore que vous habillez votre téléphone d’une coque, la différence de prix n’en vaut probablement pas la peine de ce point de vue.