Vous connaissez cette théorie selon laquelle chaque objet aurait une âme ? L’Apple va plus loin encore et détecte le pouls d’objects aussi inanimés que du papier toilette.

Depuis quelques jours, on voit fleurir sur les réseaux et sites spécialisés des internautes qui s’amusent à calculer le rythme cardiaque de leur rouleau de papier toilette. Et pour cause : ça marche. Outre la montre connectée d’Apple, certains modèles Fossil tombent également dans le panneau et décèlent des pulsations là où il n’y en a pas.

Alors, y a-t-il réellement de la vie dans le papier hygiénique? La réponse tient dans le fonctionnement du capteur de pulsations cardiaques. Les montres qui utilisent un capteur PPG – pour photopléthysmographie – assurent le calcul de votre fréquence cardiaque grâce à la lumière.

Apple explique le principe utilisé sur son site : “Le sang est rouge, car il réfléchit la lumière rouge et absorbe la lumière verte. L’Apple Watch s’appuie sur des voyants verts associés à des photodiodes, sensibles à la lumière, pour détecter la quantité de sang qui circule dans votre poignet à un moment donné.

Les montres qui ont adopté cette technologie sont en recherche constante d’un signal. À défaut d’en trouver un dans le sang, le capteur trouve ce qui s’en approche le plus. “Cela peut être le scintillement de la lumière au-dessus de vous ou les vibrations dans la pièce qui peuvent provenir de l’unité CA ou du tremblement d’une table“, comme l’explique le spécialiste des capteurs Steven LeBoeuf au site Wearable.