Il n’aura pas fallu longtemps à la nouvelle génération pour trouver une parade afin de continuer à jouer aux jeux mobiles.

La nouvelle mise à jour du système d’exploitation d’Apple, iOS 12, intègre une fonctionnalité intéressante pour connaitre – et peut-être diminuer – le temps passé devant son smartphone ou sa tablette : Screen Time. Chaque semaine, il est en effet possible de connaitre le nombre d’heures passées devant l’écran de son iPhone ou de son iPad. La fonctionnalité offre également un certain contrôle aux parents qui leur permettent de limiter le temps d’utilisation d’une application à leurs enfants grâce à un minuteur.

Un véritable plus pour les parents puisqu’ils peuvent confier leur smartphone et tablette à leur bambin en paramétrant une durée limite, histoire de ne pas abuser des bonnes choses. En théorie en tout cas. Dans la pratique, les choses sont peut-être différentes. En effet, un enfant de 7 ans a réussi à mettre à mal la fonctionnalité d’Apple. La nouvelle génération maîtrise les nouvelles technologies dès leur plus jeune âge !

Un parent a expliqué sur Reddit comment son petit garçon avait réussi à contourner la limitation de surf sur ses applications préférées. Pour cela, celui-ci a simplement désinstallé et réinstallé les applications auxquelles était associé un minuteur d’utilisation. Le parent a commenté l’ingéniosité de son enfant “Je ne suis pas fâché. C’est impressionnant”.

D’autres internautes ont également testé cette approche et en sont arrivés au même résultat. Il est possible de contourner la limitation d’utilisation d’une application en supprimant et en réinstallant celle-ci. Un autre internaute a également trouvé un autre moyen pour court-circuiter le minuteur de surf sur YouTube. Il suffit pour cela de s’envoyer les liens des vidéos YouTube sur iMessages et de les ouvrir à partir de l’application de messages. Les vidéos s’ouvriront alors sur YouTube sans prendre en compte la limitation d’utilisation.

Si la fonctionnalité Screen Time est réellement intéressante pour se faire une idée de son addiction à son smartphone ou tablette, l’option de contrôle parentale est donc encore perfectible.