Les nouveaux iPhone atteignent des prix jusqu’alors inexplorés pour des smartphones classiques. La barre des 1349$ est atteinte aux Etats-Unis pour le Xs Max 512 Go, 1659€ sur le sol européen. Ces prix, ce sont ceux des iPhone avec la plus grande mémoire de stockage, et Apple réalise les marges bénéficiaires les plus importantes dessus.

Dans un récent rapport, Bloomberg s’est penché sur le coût réel des iPhone. Une question qui se pose à chaque nouvelle génération pour comprendre si le prix de vente final des téléphones de la Pomme est justifié.

Il est évidement légitime pour Apple de réaliser des marges bénéficiaires sur ses produits mais est-ce pour autant juste d’appliquer une telle différence pour un même modèle selon la mémoire de stockage ? Car oui, c’est bien là-dessus que la firme californienne réalise ses différences de marges les plus importantes.

Quand le coût de fabrication pour le stockage d’un iPhone Xs 256 Go coûte environ 43$ de plus que pour un 64 Go, il en coûte en revanche 150$ de plus au client, soit un bénéfice de 107$ supplémentaire en offrant rien d’autre qu’un peu plus d’espace. La différence bénéficiaire entre le 512 Go et le 256 Go s’élève à 134$. Autrement dit, un iPhone Xs 512 Go rapporte à Apple 241$ de plus qu’un iPhone Xs 64 Go.

Ironique, quand on se rappelle qu’aucun iPhone de cette nouvelle génération – ni les précédentes d’ailleurs – n’offre la possibilité d’ajouter de la mémoire supplémentaire à l’aide d’une carte microSD. Le consommateur est contraint de dépenser plus d’argent qu’il n’en voudrait et qu’il n’en devrait pour le plus grand bénéfice de la Pomme. La baisse du prix des composants ne se prolonge pas jusque dans le prix de vente des iPhone. Cette différence de marge se justifie peut-être par les coûts en recherches et développement pour la nouvelle puce A12.