Vous avez l’impression que les publicités coïncident étrangement avec la discussion que vous venez d’avoir avec l’ami que vous venez de croiser? Qu’une oreille est toujours tendue dans votre poche? Apple dément l’espionnage de ses utilisateurs.

Récemment pointé du doigt pour l’espionnage des conversations de ses utilisateurs, Facebook a nié à plusieurs reprises ces accusations. Aujourd’hui, c’est au tour de la Pomme d’être dans le collimateur des législateurs américains.

Des membres du comité sur l’énergie et le commerce de la Chambre des représentants américaine ont adressé un courrier à Tim Cook, PDG d’Apple, et à Larry Page, à la tête d’Alphabet, une structure détenue par Google. Ceux-ci cherchaient à savoir si le micro de l’iPhone continue à enregistrer, même lorsque les assistant vocaux sont désactivés, et les données de localisation des utilisateurs continuaient à être recueillies, même hors utilisation du GPS ou du Bluetooth.

Apple préserve la vie privée de ses utilisateurs

Apple, qui se positionne en tant que champion de la vie privée, a partagé sa réponse au Washington Post par la plume de son directeur des affaires juridiques Timothy Powderly. À la question “Recueillez-vous les données des utilisateurs à leur insu?” C’est un grand NON de la part d’Apple.

Malgré qu’ils sont perpétuellement connectés en l’attente d’un ordre, les micros ne recueillent aucune donnée, à moins d’entendre “Dis Siri”. Par ailleurs, la société affirme ne recueillir aucune information de localisation sur les réseaux WiFi, les réseaux cellulaires ou le Bluetooth lorsqu’ils sont désactivés. Apple respecte ainsi les règles qu’elle impose dans sa politique de confidentialité.

En outre, la firme de Cupertino a révélé pour la première fois les chiffres des applications qu’elle rejette pout non-respect de ses politiques : près de 40% des applis soumises se voient refuser l’accès à l’App Store. Chaque semaine, ce sont plus de 100.000 soumissions qui sont reçues par la Pomme, 36.000 sont rejetées.