Les données des utilisateurs sont gérées par l’entreprise China Telecom.

Une société de télécommunications appartenant à l’État chinois stocke désormais toutes les données du iCloud d’Apple. Il s’agit d’une très mauvaise nouvelle pour les opposants au gouvernement.

En février, Apple avait provoqué un tollé en annonçant le transfert des comptes iCloud des utilisateurs chinois, ainsi que leurs clés de chiffrement, à une société de serveurs basée en Chine : Guizhou-Cloud Big Data. Les défenseurs des droits de l’homme ont fait savoir que cette mesure était dangereuse, en particulier pour les dissidents chinois.

De son côté, la marque à la pomme a fait savoir qu’elle n’avait pas d’autre choix que de se conformer aux lois si elle voulait continuer à fournir son service iCloud aux clients chinois. C’est en effet à cause d’une nouvelle loi du gouvernement qui impose que toutes les données des services de cloud proposés aux utilisateurs chinois soient hébergées sur le territoire national.

Aujourd’hui, c’est China Telecom, un opérateur télécom appartenant au gouvernement, qui reprend les données iCloud qui étaient stockées chez Guizhou-Cloud Big Data. Cela signifie qu’une entreprise dirigée par l’Etat a désormais accès à toutes les données stockées en Chine, telles que les photos, les notes, les mails et les messages textes.

Les médias chinois ont annoncé la décision comme une bonne nouvelle pour les consommateurs, mais beaucoup de citoyens n’ont pas été dupes et ont critiqué ce changement. Sur Weibo, le Twitter chinois, la nouvelle a lancé beaucoup de discussions sur la censure et la protection de la vie privée.

De son côté, Apple a déclaré : « La Chine a récemment adopté des lois exigeant que les services de cloud offerts à ses citoyens soient exploités par des sociétés chinoises et que les données des clients chinois soient stockées dans le pays. Alors que nous avons essayé qu’iCloud reste entièrement géré par Apple, nous avons finalement échoué. Notre choix se limitait à soit arrêter d’offrir le service iCloud, ou se plier aux nouvelles lois. Nous avons décidé de continuer à offrir iCloud car nous estimions que l’interruption du service entraînerait une mauvaise expérience utilisateur et une diminution de la sécurité et de la confidentialité des données pour nos clients chinois ».

En outre, Apple a calmé les craintes des utilisateurs en assurant que, malgré que les données soient stockées en Chine, elle contrôlait toujours les clés de chiffrement de chaque compte iCloud. La marque a également rappelé qu’aucun accord spécial n’avait été passé avec le gouvernement pour fournir un accès aux données.

Ces déclarations n’ont pourtant pas rassuré les associations de défense des droits de l’homme. Selon Amnesty International, si le gouvernement chinois se tourne vers à opérateur télécom à la recherche de données sur les utilisateurs pour faciliter une enquête, il y a très peu de chance que l’entreprise puisse refuser de transmettre l’information.