En Floride, un homme écope d’une peine de 180 jours de prison pour avoir refusé de déverrouiller ses iPhone après une arrestation pour possession de drogue.

L’affaire, narrée par Fox 13, remonte au 21 juin 2018 lorsque William Montanez est appréhendé par la police au volant de son véhicule pour ne pas avoir respecté un céder le passage. L’agent, en charge d’une enquête sur le trafic de narcotiques, lui demande s’il accepterait que sa voiture soit fouillée. Refusant, un chien de détection est alors utilisé, ce qui a amené à la découverte d’une petite quantité de marijuana. Outre la drogue, une arme dissimulée a été trouvée ainsi que deux smartphones de marque Apple: un iPhone noir et un iPhone 7 rouge et blanc, d’après le mandat de perquisition.

Un message affiché sur l’un des appareils à éveillé l’intérêt des policiers: “OMG ils l’ont trouvé”. Les policiers ont alors immédiatement demandé à Montanez la permission de fouiller dans les smartphone, mais celui-ci refusa. Les enquêteurs ont ensuite obtenu un mandat, auquel s’est opposé son avocat. Au tribunal, le juge a néanmoins estimé que les policiers pouvaient avoir accès aux appareils sans consentement explicite, et l’accusé a été sommé de les déverrouiller à l’aide de ses mots de passe. Mais Montanez a une fois de plus refusé, prétextant que les appareils étaient neufs et qu’il ne se rappelait plus des codes. Face à ce refus, le juge l’a condamné à 180 jours de prison.

L’avocat de Montanez a précisé que cela pourrait arriver à n’importe qui: “si les policiers vous arrêtent pour quoi que ce soit (drogue, arme à feu, etc.) et qu’ils tombent sur un dispositif électronique, ils peuvent obtenir un mandat de perquisition pour fouiller ce dernier. Et si vous refusez de l’ouvrir parce que vous voulez garder des informations privées, ils peuvent vous jeter en prison”.

Chez nous également, un refus d’obtempérer est en effet passible de poursuites qui peuvent aboutir à une peine d’emprisonnement et une amende.