La firme va repartir de zéro et intégrer des cartes développées entièrement grâce à sa propre base de données.

Lors de son lancement, Plans avait essuyé une multitude de critiques qui avait forcé le PDG d’Apple, Tim Cook, à présenter ses excuses. Depuis 2012, l’application a été corrigée et a connu de nombreuses mises à jour et évolution, mais il semblerait qu’Apple mise sur une refonte complète pour surpasser son concurrent direct, Google Maps.

L’information a été dévoilée par la firme elle-même auprès de Matthew Panzarino, rédacteur pour le blog TechCrunch. L’idée première est de pousser les propriétaires de produits d’Apple à utiliser davantage Plans, plutôt qu’une autre application. Un défi de taille puisqu’actuellement, le navigateur de la Pomme est loin derrière ses concurrents en termes de qualité de cartographies et de fonctionnalités.

Cela fait déjà quatre ans que les développeurs de l’application se penchent sur les moyens d’améliorer Plans. Le but est de ne plus être dépendant des autres services de cartographies, tel que TomTom, et autres bases de données de cartes et de développer ses propres cartes du monde. Pour cela, Apple devra collecter des données géographiques extrêmement précises.

Depuis 2015, Apple a mis en place des voitures dotées de capteurs et caméras pour parcourir les routes et les cartographier.

Pour le moment, les voitures n’ont parcouru qu’une petite partie des États-Unis et quelques autres pays, mais elles sont loin d’avoir traversé le monde. Si jusqu’ici, cela n’était qu’une expérience, Apple devrait les solliciter davantage pour repenser son application Plans.

Cartographier grâce aux utilisateurs

À terme, l’application pourra également enregistrer des informations concernant les déplacements des utilisateurs d’iPhone. Si vous empruntez un chemin inconnu à la Pomme, celui-ci pourra être rajouté plus rapidement. L’application prendra également en compte si vous vous déplacez en voiture, à pied ou à vélo, histoire de mieux coller à la réalité de mouvement.

Pas d’inquiétude à avoir – selon Apple – par rapport à la protection de la vie privée puisque, comme la Pomme l’a expliqué à Matthew Panzarino, seuls des segments de l’itinéraire sont envoyés à la base de données de Plans et non les points de départ/arrivée. Il n’est donc pas question de vous suivre à la trace.

Le traitement des données

Après avoir emmagasiné une multitude de données, grâce aux véhicules prévus ou grâce aux connexions des utilisateurs, il faudra traiter toutes ses données. Un processus complexe pour s’assurer que les cartes sont correctes et cohérentes. La Pomme fera appel à l’intelligence artificielle et à un système d’autocorrection en apprentissage constant. Le travail des machines sera ensuite vérifié par des humains, afin de s’assurer de l’absence d’anomalie. Le travail s’avère colossal pour Apple et ses employés.

Le recours à la vérification humaine est ce qui permettrait Apple de se différencier de Google puisque celui-ci repose majoritairement sur une génération de cartes automatisées, notamment pour les points d’intérêts.

Si pour l’instant n’a pas encore communiqué dessus, on peut tout de même s’attende à une approche 3D des cartes puisqu’Apple s’est déjà montré ouvert au monde de la réalité virtuelle et augmentée. De quoi révolutionner la navigation.

Si le projet d’Apple semble intéressant, il faudra tout de même se montrer patient. Il est vrai que Plans a déjà pris pas mal de retard par rapport à Google Maps et, à la vue des projets ambitieux de la Pomme, la course s’avère difficile pour tout mettre en place. On sera rassuré lorsqu’on verra davantage de voitures Apple Maps dans les rues, principal outil pour cartographier les rues du monde entier. Patience donc.