Malgré un marché des tablettes fébrile, en déclin depuis plusieurs années, Apple ne se détache pas de ces petits écrans tactiles. Un iPad Pro serait même attendu dans l’année, la Pomme ayant involontairement semé quelques indices dans iOS 12 sur son arrivée.

Un écran intégral, tout comme l’iPhone X

La tendance est à l’écran intégral dans les produits de la Pomme. Si les futurs iPhone seront tous débarrassés de leur bouton “home”, il devrait en être de même pour le prochain iPad Pro. L’iPad Pro 2018 deviendrait ainsi la première tablette à accueillir un écran qui couvre la quasi-totalité de sa surface. “Quasi”, l’écran bord-à-bord n’est encore qu’un mirage, mais cela n’empêchera pas Apple de réduire les bords noirs de son actuel iPad Pro à quelques millimètres de largeur.

En revanche, cette tablette haut de gamme de suivra pas la tendance des smartphones haut de gamme de la marque : écran LCD au programme. Il faudra donc faire sans écran OLED, présent sur les iPhone X et ses cadets attendus à la rentrée, au meilleur contraste et aux couleurs plus vives, plus naturelles. Apple garde encore une certaine réserve sur ces écrans très pointus, mais qui pèsent lourd dans le prix des appareils.

Écran intégral est-il synonyme d’écran plus grand ?

La question est pertinente puisque l’affinement des bordures de la tablette pourrait conduire à des formes d’iPad différentes : soit un iPad qui conserve les proportions du Pro de 2017 avec un écran élargi, soit un Pro qui conserve la taille d’écran mais avec une mouture affinée.

Pour l’heure, les deux hypothèses restent valables, on peut donc s’attendre à l’arrivée d’un iPad Pro avec un vaste écran, ou une sorte d’iPad Mini surboosté. Conserver le même format permettrait à la tablette d’accueillir un écran de 11,9 pouces. Autre possibilité, évoquée par de nombreux analystes : l’écran du futur iPad Pro tendrait vers les 11 pouces, mais le châssis serait légèrement réduit.

La reconnaissance faciale sur tablette

Qui dit écran intégral, dit FaceID. La reconnaissance faciale fera elle aussi son entrée sur les tablettes Apple. Les rumeurs couraient déjà depuis plusieurs mois autour de la technologie, mais la bêta d’iOS 12 est venue confirmer ces bruits de couloir : Apple a involontairement semé des indices qui ne laissent aucun doute.

Premièrement, iOS 12 permet à son système de reconnaître jusqu’à deux visages différents; une chose dont ne pouvait se passer une tablette très utilisée dans un cadre familial. Deuxième indice laissé par les développeurs d’iOS, le système d’exploitation des tablettes intègre de nouveaux gestes qui n’ont lieu d’être que pour remplacer le bouton home – glisser de bas en haut sur le Dock pour revenir à l’écran d’accueil. Enfin, dernier indice, la réorganisation de la barre de menu : le centre de l’écran laisse place à un vide, tout juste de quoi laisser s’installer une encoche.

Alors, encoche ou pas encoche ? Difficile à dire pour le moment.

Même puce

Apple devrait présenter une nouvelle puce pour l’arrivée de ses 3 nouveaux iPhone sur le marché, mais il est nettement moins sûr que celle-ci ne se retrouve dans la tablette. Pourquoi ? Selon Ming-Chi Kuo, l’analyste spécialisé dans la marque, la firme de Cupertino a tout intérêt à maintenir un prix faible dans un marché aussi instable et à assurer la continuité d’approvisionnement de la tablette, en y intégrant une puce qu’elle produit déjà.

Il y a quelques mois, le site 9to5mac évoquait l’arrivée d’un processeur à huit coeurs, contre un hexacoeur sur l’iPad Pro de 2017. Un boost de puissance que tous n’attendent pas puisque le processeur de l’iPad résiste déjà aux mises à l’épreuve.