En 2014, l’affaire du Bendgate touchait Apple avec son iPhone 6 un peu trop fragile. Quatre ans plus tard, des documents révèlent que la firme de Cupertino était au courant.

Crédit photo: DR
Crédit photo: DR

Nouvelle révélation après l’affaire du Batterygate. Le site Motherboard nous apprend que dans le cadre d’un procès contre Apple, accusé d’avoir vendu des iPhone 6 et iPhone 6 Plus qui se pliaient trop facilement, la juge en charge de l’affaire à révélé des documents internes attestant que la firme était bien au courant du problème. Pourtant, à l’époque, Apple avait nié tout problème lié à son hardware et avait rejeté la faute sur ses utilisateurs !

Les documents en question prouvent qu’Apple connaissait la fragilité de son appareil, ayant même effectué une série de tests en ce sens. D’après ceux-ci, l’iPhone 6 était 3,3 fois plus susceptible de se plier qu’un iPhone 5s tandis que l’iPhone 6 Plus était 7,2 fois plus susceptible de se plier que l’iPhone 5s.

Apple avait fait l’objet d’un recours collectif intenté en 2016 et avait annoncé la même année qu’il prendrait en charge les coûts de réparation, tout en assurant que le problème était “extrêmement rare” et lié à une utilisation anormale. La firme avait par ailleurs dans la foulée effectué des modifications au niveau du châssis afin de sortir des modèles plus résistants d’iPhone 6 et 6 Plus.

Il s’avère aujourd’hui qu’Apple avait caché ce “vice de fabrication”, ce qui, à l’heure où d’autres procès ont actuellement lieu contre l’entreprise américaine concernant la limitation des performances des iPhone afin de préserver la batterie (le fameux Batterygate), risque de porter un nouveau coup à son image…