Pour bloquer les boitiers qui permettent de forcer le déverrouillage de l’iPhone, Apple envisagerait une contre-mesure radicale dans iOS.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Exploitant une faille de sécurité d’iOS, le boitier GrayKey permet d’accéder aux données chiffrées d’un iPhone sans devoir utiliser un mot de passe. L’accessoire, qui rencontre un vif succès auprès des administrations américaines, permet notamment au forces de l’ordre de récupérer des données sensibles stockées sur des iPhone de criminels, victimes ou terroristes.

Pour ralentir cette démarche et en vue de stopper la prolifération de ce type de boitiers, principalement vendus par les sociétés Cellebrite et Grayshift, Apple a imaginé une solution assez radicale, explique Motherboard. N’ayant pas pu identifier la faille de sécurité dont se servent ces systèmes pour déverrouiller l’iPhone, la firme a choisi de désactiver le port Lightning (avec lequel le boitier fonctionne) si l’iPhone n’était pas déverrouillé après une semaine. Cela laisse donc (tout de même) 7 jours aux autorités pour déverrouiller l’appareil.

Mais finalement, Apple n’a pas inclus le patch dans la version finale d’iOS 11.3. Pourquoi? On l’ignore pour l’instant mais peut-être que la firme de Cupertino a simplement repoussé cette mesure restrictive…