Apple a porté plainte contre un réparateur norvégien, l’accusant d’utiliser des écrans non officiels.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Henrik Huseby est le propriétaire d’un petit magasin de réparation électronique en Norvège. La douane norvégienne avait saisi 63 écrans de remplacement pour iPhone 6 et 6S en provenance de l’Asie et avait prévenu l’entreprise à Cupertino. Apple répondit très vite en estimant ces écrans contrefaits. Henrik Huseby a donc été contacté par les avocats d’Apple lui demandant d’arrêter immédiatement d’utiliser des écrans tiers pour la réparation des iPhone ainsi que plus de 3500€ (le prix des écrans officiels) de dommages et intérêts.

Henrik Huseby, estimant être dans son droit, ne se laissa pas intimider et prit un avocat pour démarrer les procédures judiciaires. La cour de justice lui a donné raison et a déclaré que la loi norvégienne : « n’interdit pas à un réparateur d’appareils mobiles d’importer des écrans de fabricants asiatiques 100% compatibles et totalement identiques aux propres écrans iPhone d’Apple, tant que le logo de la marque Apple n’est pas apposé sur le produit ».

Ce procès révèle une fois de plus la volonté d’Apple à combattre le “droit à la réparation” qui est illustré ici : « Ils veulent garder le monopole des réparations pour garder leurs prix élevés. Ils ne veulent donc vendre des pièces de rechange à personnes d’autres », déclare l’avocat de Henrik Huseby, avant d’ajouter : « Apple n’est pas propriétaire du produit après l’avoir vendu ».

Il faut préciser que cette affaire n’aura aucune incidence pour les réparateurs américains, où Apple continue de faire du lobbying intensif pour lutter contre le “droit à la réparation“.

L’histoire n’est cependant pas finie puisqu’Apple a fait appel devant une cour de justice supérieure. La cour n’a pas encore décidé si elle acceptait l’affaire.