Le Royaume-Uni travaille sur une réforme fiscale qui pourrait affecter les activités de multinationales telles qu’Apple.

Apple dollars

Le gouvernement britannique a établi que des changements de fiscalité étaient nécessaires face aux évolutions de l’ère numérique. C’est dans cette optique que le chancelier britannique Philip Hammond vient de présenter son projet de réforme fiscale consistant à taxer les redevances détenues dans des comptes offshore et ce, l’année prochaine.

Il compte ainsi toucher les sociétés qui transfèrent de l’argent vers des pays considérés comme des paradis fiscaux afin de minimiser leurs taux d’imposition. « Ainsi, à compter d’avril 2019, et conformément à nos obligations internationales, nous appliquerons l’impôt sur le revenu aux redevances relatives aux ventes au Royaume-Uni, lorsque ces redevances sont versées à une juridiction fiscale basse », a déclaré le chancelier.

Même si aucun nom n’a été cité, cette réforme touchera inévitablement des multinationales telles qu’Apple ou Amazon.

Selon lui ces changements devraient rapporter près de 200 millions de livres par an au Royaume-Uni mais il note que cela ne résoudra pas entièrement le problème, considérant cette mesure comme “un signal de leur détermination”.