L’incroyable success story d’iTunes

Par posté le 18 février 2017

iTunes est l’un des produits qui a conduit la Pomme au sommet.

Crédit : Apple

Crédit : Apple

La firme de Cupertino a tenté de nombreux paris au cours de son existence. Certains n’ont pas été couronnés de succès à l’image de la Pippin, une console de salon, ou encore de la Hockey Puck, une souris d’ordinateur. Mais à côté de ces échecs, d’autres produits et services ont réussi à s’imposer et perdurent encore aujourd’hui tant leur succès est indéniable. Dans cette optique, on pense immédiatement à l’iPhone mais on peut également citer iTunes. C’est d’ailleurs de ce logiciel dont il est question dans cet article.

Apple définit ce produit/service comme ceci : “iTunes est le meilleur moyen de profiter de vos morceaux et de vos films. De les organiser. Et d’en chercher d’autres.” Autrement dit, le logiciel fait office de bibliothèque de contenus. Par contre, il ne faut pas le confondre avec Apple Music qui, comme Spotify, permet à l’utilisateurs d’écouter ses titres musicaux préférés. Précisons qu’Apple Music est accessible depuis iTunes.

Concrètement, il est possible via iTunes de créer des playlists ou encore de lire des vidéos. Le logiciel offre aussi la possibilité de synchroniser ses appareils Apple, à savoir les iPod, iPad et iPhone. C’est aussi dans iTunes que l’on trouve l’”iTunes Store”.

Steve Jobs, ce précurseur

Si aujourd’hui, lorsqu’on évoque Apple et la musique, on pense directement à “Apple Music”, ce n’est pas grâce à Steve Jobs. Ce dernier estimait que la mise en place d’abonnements pour accéder à des contenus musicaux ne serait pas une bonne idée et n’arriverait pas obtenir le soutien du public.

Néanmoins, Apple Music vit le jour en juin 2015. Mais auparavant, lorsqu’on citait les mots “musique” et “Apple”, c’est à iTunes que pensait l’utilisateur. En fait, c’est en 2001 que ce gestionnaire de contenus fut dévoilé. Le projet fut supervisé par l’ex-gourou d’Apple, Steve Jobs. Celui-ci était convaincu que les consommateurs ne voulaient pas louer de la musique mais préféraient en être les propriétaires, à l’image d’un consommateur qui achète un cd en magasin. Effectivement, le CEO d’Apple ne mit pas longtemps à réaliser le potentiel du phénomène de la musique numérique. Pour preuve, en 2000, 320 millions de CD-R et CD-RW avaient été vendus aux Etats-Unis. Les consommateurs s’en servaient pour y graver les albums qu’ils venaient de télécharger. D’où l’idée de Steve Jobs d’ajouter à l’iMac un graveur de CD. Cependant, il fallait encore mettre en place un moyen de gérer facilement ses listes de lecture et de les importer sur lesdits CD. D’où la création d’iTunes.

sony-48x-cdr-pcs

Le logiciel est le fruit d’un rachat par Apple, celui de SoundJam MP. Le nom changea en iTunes lors de l’acquisition par la Pomme en 2000. Sous la direction d’Apple, les développeurs modifièrent leur logiciel en misant sur une interface plus agréable à l’œil et en y ajoutant certaines fonctionnalités.

La simplicité : la base du succès

Que ce soient les fans de la Pomme, les observateurs ou les acteurs du secteur, tous sont d’accord sur le fait suivant : l’un des points qui a permis l’ascension rapide d’iTunes est sans conteste son côté “User-Friendly”. Le logiciel a réuni en un seul endroit la possibilité d’extraire des titres d’un cd, d’ajouter des morceaux téléchargés, etc. pour créer ses propres listes de lecture, le tout présenté via une interface très intuitive. Auparavant, les utilisateurs devaient passer par des procédés bien plus laborieux.

D’ailleurs, la création de listes de lecture est au cœur de la renommée du système d’iTunes. L’utilisateur, au lieu de copier méthodiquement des compositions musicales dans des fichiers créés par ses soins, peut laisser iTunes se charger de tout puisqu’il centralise les données musicales fournies. La troisième version d’iTunes a, quant à elle, encore amélioré ladite fonction en permettant au consommateur de retrouver des titres par album, artiste, année où vous les avez téléchargés, etc.

Et l’autre coup de génie de la firme fut d’annoncer iTunes en même temps que l’iPod. Ce lecteur musical, très facile à manier, se connectait à un Mac sur lequel était téléchargé iTunes. Ensuite, il suffisait à l’utilisateur de synchroniser son appareil avec les listes de lectures présentes dans le logiciel. Quelques instants plus tard, les titres musicaux sélectionnés se retrouvaient sur l’iPod en question. Un système des plus appréciés à l’époque.

ipod 1

2003 : un service d’achat

La quatrième version d’iTunes voit, en 2003, le service être compatible avec Windows XP et Windows 2000. Mais, outre ce fait, c’est surtout par l’ajout d’iTunes Store que le logiciel fera parler de lui. Depuis ce moment, l’utilisateur peut choisir d’acheter des compositions musicales et de les télécharger directement au sein d’iTunes.

Il est donc possible, à partir d’une même plate-forme, d’acheter un contenu, de le télécharger sur son ordinateur pour le “ranger” dans sa bibliothèque avant de le synchroniser sur son iPod.

Et c’est l’ensemble des possibilités offertes par iTunes qui a contribué à son succès.

Content Generator @Geeko, @BelgiumiPhone.
Twitter : @RmiLach

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>