Une étude menée par trois universités londoniennes dresse un portrait très sombre du propriétaire d’iPhone.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

On le sait, l’iPhone n’a pas toujours bonne réputation. Pour beaucoup de spécialistes, le smartphone d’Apple devrait son succès au statut qu’il donne à son propriétaire. A l’image d’une Ferrari ou d’un sac d’un grand designer, l’iPhone serait aujourd’hui considéré comme un symbole de réussite pour une certaine tranche de la population.

Une étude menée par trois universités britanniques dresse un portrait très sombre du propriétaire d’iPhone moyen. Selon les scientifiques à l’origine de cette étude, menée auprès d’un échantillon de 530 Britanniques, les propriétaires d’iPhone auraient tendance à être plus malhonnêtes que les propriétaires de smartphones Android, mais aussi des personnes plus égoïstes misant tout sur l’apparence et davantage susceptibles de s’emporter lors d’une discussion. Les propriétaires de smartphones Android seraient à l’inverse des personnes plus humbles, généralement plus âgées et plus tempérées. Autre facteur différenciatif important : les acheteurs d’iPhone accorderaient beaucoup plus d’importance à leur statut et leurs revenus.

Si les conclusions de l’étude ne mettent guère sous leur meilleur jour les propriétaires d’iPhone, elles confirment toutefois l’hypothèse selon laquelle l’iPhone est devenu un symbole de réussite pour de nombreux consommateurs, et une manière de se distinguer du reste du public. Selon les chercheurs à l’origine de cette étude, les tests réalisés à l’issue de l’enquête ont permis de définir l’OS utilisé par une personne sur base de ses traits de personnalité avec une probabilité de 70%. Une précision “remarquable” selon les chercheurs, qui estiment être en mesure d’améliorer leur modèle. La question aujourd’hui est de savoir si le choix d’un smartphone est en effet principalement lié à la personnalité d’un être humain ou le fruit de plusieurs facteurs.