Les banques australiennes demandent à Apple d’ouvrir la NFC de l’iPhone aux tiers qui est jusque maintenant, exclusive à la pomme.

© DR
© DR

Apple n’aime pas faire comme tout le monde. Après des années de rumeurs autour de l’arrivée de la NFC dans l’iPhone, la puce se contente finalement de gérer Apple Pay, et c’est tout. Le système de paiement d’Apple est la seule application ayant accès à la NFC de l’iPhone, et c’est tout. Alors que sur les téléphones Android les usages sont beaucoup plus larges, la NFC est notamment utilisée pour synchroniser certains casques et écouteurs Bluetooth.

Oui, mais voilà, la chose ne plaît pas du tout aux banques australiennes, qui comte bien avoir accès à la puce ainsi qu’à l’enclave sécurisée de l’iPhone. Pour ce faire, les trois principales banques du pays ont saisi les organismes de la gestion de la concurrence, pour défaire Apple de son monopole.

Pour qu’une banque soit acceptée dans Apple Pay, il faut réunir deux conditions : qu’Apple Pay soit disponible dans le pays de ladite banque (logique) et qu’un contrat soit signé avec Apple. Autrement dit, Apple passe un partenariat, avec chaque banque, une à une. Les banques doivent alors accepter de reverser une commission pour chaque transaction effectuée avec Apple Pay. Commission qui s’en va directement dans les caisses de Cupertino. La commission est de l’ordre de 0,15$ par tranche de 100$ payé par l’utilisateur. Cela paraît peu, mais c’est relativement élevé, surtout que l’on parle ici d’un service qui compte potentiellement des millions d’utilisateurs.

Source