Ce weekend, Apple et Spotify se sont livrés à une mini-guerre de communication, la pomme en sort vainqueur par K.O.

© DR
© DR

Depuis l’arrivée d’Apple Music, Spotify montre les dents de temps en temps face à Apple. Il est vrai que même si Spotify reste largement en tête (100 millions de comptes dont 30 millions d’abonnés premium), Apple Music a pris du terrain et de la place sur le marché en devenant, en un an, numéro 2 avec 15 millions d’abonnés payants.

Ce weekend, c’est Spotify qui a lancé les hostilités en dénonçant les pratiques anticoncurrentielles d’Apple. Dans un communiqué envoyé aux équipes légales de la pomme, des politiques américains et européens, et quelques journalistes, Spotify crie haut et fort qu’ils sont lésés par le système de validation d’application d’Apple. Un “outil” qui serait utilisé pour ralentir la progression de l’app de Spotify sur iOS.

La réponse d’Apple ne s’est pas fait attendre. En plus d’invalider la thèse d’un ralentissement volontaire de l’application par son service de validation de l’App Store, Apple a même mis en avant un fait intéressant : l’application de Spotify est largement privilégiée. En effet, dans les conditions d’utilisations de l’App Store, il est clairement stipulé que tous les abonnements liés doivent passer par un achat in app, autrement dit, c’est Apple qui doit s’occuper de débiter votre abonnement et le redistribuer à l’éditeur de l’application. Mais Spotify dispose de son propre système d’abonnement et outre passe donc cette règle.

Au passage de l’abonnement par ses caisses, Apple en profite pour se servir à hauteur de 30% dans le prix de l’abonnement. Spotify évite donc ici la taxe d’Apple et contourne les règles de l’App Store. Habituellement, les applications ne respectant pas ces conditions ne sont pas validées par Apple et ne se retrouvent pas sur l’App Store.

Source : BuzzFeed