Croissance spectaculaire pour Spotify, qui perd toujours de l’argent

Par posté le 24 mai 2016

Le numéro un de l’écoute de musique en continu sur internet Spotify a annoncé lundi une progression spectaculaire de son nombre d’utilisateurs et de ses revenus en 2015, ce qui ne l’a pas empêché de continuer à perdre de l’argent.

spotify_iphone

Crédit photo: DR

Le nombre d’utilisateurs actifs chaque mois est passé de 60 millions fin 2014 à plus de 89 millions fin 2015, une performance d’autant plus remarquable que l’entreprise suédoise a fait une pause dans son expansion internationale au cours de cette dernière année, n’entrant sur aucun nouveau marché, écrit la direction aux actionnaires. Début 2016, Spotify a repris son expansion avec l’Indonésie, comme 59e pays.

«A de nombreux égards, ce fut la meilleure année que nous ayons connue», poursuit la direction du groupe qui dit avoir presque doublé ses seuls revenus publicitaires en 2015.

Les comptes annuels de la holding luxembourgeoise Spotify Technologies montrent un chiffre d’affaires total en hausse de 80%, à 1,945 milliard d’euros au cours de l’année 2015.

Cette croissance est très nettement supérieure à celle de 2014 (+45%) et légèrement meilleure qu’en 2013 (+74%), mais elle n’assure toujours pas la rentabilité de ce nouveau géant de l’industrie musicale.

Malgré le changement des habitudes des auditeurs, qui a fait chuter les ventes de CD dans la plupart des pays du monde, le modèle économique pour le «streaming» reste difficile à trouver, entre maisons de disques exigeantes sur leur part, artistes et auteurs qui se plaignent de rémunérations parfois dérisoires, et impératifs de viabilité financière.

Spotify en pâtit toujours: la perte nette s’est établie à 173 millions d’euros en 2015, due à des investissements lourds, l’augmentation des effectifs et des projets d’expansion.

Le seul joueur actuellement capable de rivaliser pourrait être Apple Music, mais le groupe américain ne donne pas le détail des chiffres de sa division «services» qui comprend d’autres activités. Suivent le français Deezer, qui a renoncé à une entrée en bourse en octobre, les américains Napster et Tidal, du rappeur américain Jay Z, qui se distingue par la générosité de ses royalties.

Avec AFP.

Journaliste high-tech spécialisé dans l’actualité Apple et le monde de l’entrepreneuriat. Je suis également community manager au Soir.be.

Suivez-moi sur Twitter : @alexcolleau

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>